LES VREGENS

La fin des jours heureux

with 2 comments

Dans son dernier discours à l’assemblée nationale, en octobre 1950,  Ambroise Croizat déclarait :

« Jamais nous ne tolérerons que ne soit renié un seul des avantages de la sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie, cette loi humaine et de progrès… »

C’est en 1945 qu’est née la Sécurité sociale telle que nous la connaissons. Et avec elle, notre système de retraite par répartition.

Tout cela à la suite des ordonnances émises en 1945, sur l’initiative du Conseil National de la Résistance, composé d’hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance, qui entre 1943 et 1945, discutèrent et rédigèrent un programme, qui sera baptisé « les jours heureux ».

Ce programme a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.

Mais rappelons qui était Ambroise Croizat : ouvrier, militant communiste, il est emprisonné en Algérie pendant toute la guerre (il ne pesait plus que 40 kilos à sa sortie) et devient ministre du Travail du général de Gaulle jusqu’en mai 1947, l’époque où les ministres communistes quittent le gouvernement.

C’est à ce poste qu’il va diriger la mise en place (en deux ans !) du système de protection sociale : assurance maladie, système de retraites, allocations familiales, et amélioration du droit du travail français, avec les comités d’entreprise, la médecine du travail, la réglementation des heures supplémentaires, le statut des mineurs.

Il meurt à 50 ans, et un million de personnes suivent son cercueil jusqu’au Père Lachaise.

Et « la Sécu » a été et est toujours un modèle pour le reste du monde. Ainsi, Mickael Moore en parle dans son film Sicko.

Je me souviendrai toujours de cette scène surréaliste : de nuit, dans un canot gonflable, Moore emmène un groupe d’américains sur l’île de Cuba. Là, les gens sont amenés dans un hôpital, où des médecins les examinent. Et ils vont repartir avec un stock de médicaments pour se soigner. Une femme qui n’arrivait plus à se payer des soins, se met à pleurer : à Cuba, la boite de médicaments lui coûte 20 cents, quand aux Etats-Unis la même boite coûte plus de 500 dollars…

Alors, Denis Kessler l’avait dit en 2007, juste après l’élection de Sarkozy, dans la revue Challenges :

Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance.

Sarkozy, lui, a essayé de s’y coller, avait réussi à en rogner un morceau, et pas vraiment pour des raisons humanitaires, je vous en parlais à l’époque dans ce billet.

Et puis, relativement discrètement, le même Sarkozy déclarait après l’élection d’Emmanuel Badinguet :  Macron c’est moi en mieux ! 

Et effectivement, Macron fait et va faire ce que Sarko n’avait pas osé faire.

Car bientôt, notre système de retraite solidaire aura disparu. Entre autres.

Lire l’article de Laurent Mauduit sur Médiapart :  ici en pdf.

Et finalement, sans que personne ou presque ne réagisse. Ou alors, bien mollement. Parce que désormais, c’est chacun pour sa pomme. On ne se battra plus pour des principes, mais seulement pour soi-même. La gauche est bel et bien morte.

Foin donc « d’un combat inutile dont on ne comprend pas la finalité », foin d’angélisme, vive le réalisme, c’est la fin de la solidarité, de l’égalité, de la fraternité. La fin de l’universel, du collectif, du commun. Le début de la peur généralisée. Celle de l’autre, celle du lendemain, celle de l’avenir.

Les jours heureux sont terminés.

Du grain à moudre :

 

Ambroise Croizat

Michel Etievent : la sécu a été batie dans un pays ruiné grace à la seule volonté militante

Ce n’est qu’en 2011, plus de 60 ans après sa mort, qu’Ambroise Croizat figurera dans le Larousse et dans Le Robert :

Là bas si j’y suis, 23 décembre 2011

 

 

Written by Gavroche

1 juin 2018 à 15 h 19 min

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. comtenalezcichocki

    1 juin 2018 at 16 h 32 min

  2. Perds pas espoir.

    gemp

    2 juin 2018 at 10 h 43 min


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :