LES VREGENS

La chasse à l’enfant

with 4 comments

Je lisais ce matin le billet du yéti sur le « problème » migratoire qui touche le monde occidental, aussi bien en Europe qu’en Amérique.

Il va de soi que je partage entièrement son avis.

Il va falloir assumer notre responsabilité commune.

Il va falloir assumer les conséquences du pillage organisé de la planète et de nos guerres « humanitaires ».

Et puis, vous avez sans doute lu, ici et là, les réactions « indignées » de tous ces braves gens qui pensent que quand même, le Trump, il exagère, rendez-vous compte, il met des enfants en prison, et en plus, il les sépare de leurs parents.

Meme la madame Trump y est allée de sa larme …

Et bien sur, les images ont fait le tour du monde. Des enfants, parfois tout jeunes, enfermés dans des cages d’acier avec pour seul confort des matelas posés à même le sol, des couvertures de survie, un peu d’eau et des chips.

Leur crime ? Aucun. Ce sont leurs parents qui sont « coupables » d’avoir franchi illégalement la frontière américaine. Ces adultes sont donc enfermés dans des prisons fédérales, où ne peuvent (pas encore) être placés des enfants qui sont donc envoyés dans des centres « spécialisés ».

Une « mesure dissuasive » contre l’immigration illégale…

Évidemment, « l‘émotion » est arrivée chez nous, mais si, en France, dite la « patrie des droits de l’Homme ». Et elle a même fini par arriver à l’ONU, où le haut-commissaire aux droits de l’Homme s’est déclaré « profondément inquiet par les politiques adoptées récemment qui punissent des enfants pour les agissements de leurs parents ». Il a ainsi appelé l’administration Trump à cesser ces « séparations forcées » et à ratifier « enfin » la Convention sur les droits des enfants que les Etats-Unis sont le seul pays au monde à ne pas avoir signé. Ben oui, la belle Amérique, « la plus grande démocratie au monde » n’a jamais signé cette convention, même le gentil Obama ne l’a pas fait.Et l’ONU parle sans rire des « agissements » de ces inconscients de parents, qui espéraient, ces naïfs, offrir une vie meilleure à leur progéniture.

Eh bien, nous n’avons pas de leçons à donner. Ni à Trump, ni à Salvini, ni à Orban, ni à Netanyahou. Ni à personne.

Parce qu’enfermer des gosses derrière des barreaux, et même des bébés, n’est pas réservé à l’Amérique de Trump ou autres dictatures. La France aussi est régulièrement condamnée pour détention de mineurs « illégaux ». Pas pour rien que nos « représentants » se taisent et regardent ailleurs quand 629 êtres humains sont abandonnés à leur sort en Méditerranée.

Selon la Cimade, « le nombre d’enfants enfermés est en constante évolution depuis des années mais on note une nette accélération depuis l’arrivée de Macron. Aujourd’hui, on enferme tous azimuts ».

Un bébé somalien de 6 mois en 2011

Un bébé afghan de 4 mois en février 2017

Un bébé malgache de 8 mois en janvier 2018

Un nourrisson prématuré de un mois dans une pièce à 10° en mars 2018

Voilà.

305 enfants en rétention en 2017, et déjà 117 autres depuis le début de l’année 2018.

Sans compter les autres locaux de rétention, un genre de centre « low-cost » sans médecin, ni assos, ni promenades. Sans compter les 4285 enfants en rétention à Mayotte en 2016. Pas grave, c’est loin, Mayotte. Pas vraiment en France.

La France a déjà été condamnée plusieurs fois par la Commission européenne des droits de l’Homme. Mais nos gouvernants s’en tamponnent le coquillard. Le dénommé Macron a en personne affirmé que ne pas emprisonner des mômes placerait la France « dans la situation de ne plus (pouvoir) expulser quelque famille que ce soit ».

La France, « patrie des droits de l’homme » est l’un des trois pays européens qui met des gosses en prison …

On l’a vu avec les lycéens d’Arago (pour avoir « essayé » de manifester), avec ceux du Tarn (pour s’être foutu de la gueule de leurs profs, qui la preuve le méritaient amplement), avec le gamin apostrophé par le dénommé Macron (à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, ça lui va bien au Macron) les « honnêtes gens » font toujours la chasse à l’enfant.

 

Publicités

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. « On l’a vu avec les lycéens d’Arago (pour avoir « essayé » de manifester), avec ceux du Tarn (pour s’être foutu de la gueule de leurs profs, qui la preuve le méritaient amplement), avec le gamin apostrophé par le dénommé Macron »

    ces flics, ces profs, ce présidu, en son temps un certain Alfred Jarry en avait fait … UBU-ROI !
    il est vrai que ça dénotait une certaine impertinence …
    oh la la, c’est pas bien ça

    Anonyme

    20 juin 2018 at 14 h 10 min

    • désolé, omis d’activer mon pseudo …
      l’âge sans doute

      randal

      20 juin 2018 at 14 h 12 min

  2. Entendu Védrine ce matin sur France Inter. Ancien ministre de Mitterrand et porte-parole de l’extrême-droite d’aujourd’hui. Selon lui, en bref, faudra interdire l’immigration. Est-ce que l’on commencera par virer les 2,5 millions de Français qui bossent à l’étranger ?

    Un partageux

    21 juin 2018 at 9 h 57 min

    • Védrine est une ordure « socialiste » et aujourd’hui macronienne :

      Au cours de son audition par la commission de la défense de l’Assemblée nationale le 16 avril 2014, Hubert Védrine a reconnu la livraison d’armes par la France au régime de Kigali d’avril à juillet 1994, pendant le génocide, alors qu’un embargo international avait été décrété le 17 mai 1994 par l’Organisation des Nations unies.

      En juin 2017, la revue XXI publie un article faisant état du témoignage d’un haut fonctionnaire qui a examiné différents documents des archives non communiquées au public concernant ces événements. Selon ce témoin, les documents incluent une note signée par Hubert Védrine enjoignant aux militaires français de réarmer les génocidaires hutus passant la frontière du Rwanda à l’ex Zaïre lors de l’opération Turquoise. Hubert Védrine n’a pas souhaité commenter cette publication. Un des officiers de l’opération Turquoise, Guillaume Ancel, a confirmé avoir reçu de tels ordres et avoir été témoin d’une de ces livraisons.

      Rien d’étonnant qu’il soit opposé à l’immigration. Que les nègres restent donc chez eux, ils serviront d’esclaves aux multinationales françaises…

      Gavroche

      21 juin 2018 at 10 h 11 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :