LES VREGENS

Archive for the ‘Actualité en France’ Category

La classe nuisible

leave a comment »

Ce quelque chose survenu il y a une dizaine d’années nous l’appellerons donc la « disparition des lucioles ».

Pier Paolo Pasolini 1975
– un peu avant sa mort

Cette semaine, j’ai lu le remarquable article de Frédéric Lordon sur le site tout aussi remarquable Lundi matin.

Quelque peu désabusé (comme beaucoup d’entre nous) Lordon évoque cette France macronisée, moisie, frileuse, bref, détestable :

puisqu’il est décidé que tout, absolument tout, est monnayable, même le « lien social » est tarifé…

« la France de Macron » n’est qu’une petite chose racornie, quoique persuadée de porter beau : c’est la classe nuisible.

La classe nuisible est l’une des composantes de la classe éduquée, dont la croissance en longue période est sans doute l’un des phénomènes sociaux les plus puissamment structurants. Pas loin de 30% de la population disposent d’un niveau d’étude Bac+2 ou davantage. Beaucoup en tirent la conclusion que, affranchis des autorités, aptes à « penser par eux-mêmes », leur avis compte, et mérite d’être entendu. Ils sont la fortune des réseaux sociaux et des rubriques « commentaires » de la presse en ligne. La chance de l’Europe et de la mondialisation également.

Car la classe éduquée n’est pas avare en demi-habiles qui sont les plus susceptibles de se laisser transporter par les abstractions vides de « l’ouverture » (à désirer), du « repli » (à fuir), de « l’Europe de la paix », de « la dette qu’on ne peut pas laisser à nos enfants » ou du monde-mondialisé-dans-lequel-il-va-bien-falloir-peser-face-à-la-Russie-et-aux-Etats-Unis.

Lire la suite »

Des niouzes

with 2 comments

Tout va bien, je vais bien

Finalement, ça continue comme avant.

Je regarde plus la télé, j’écoute de moins en moins la radio, j’ai envoyé péter les sites d’infos, quasiment tous complices (vendus au grand Kaaapitâl) et ben malgré tout, j’ai quand même entendu l’aut’matin que :

…vu qu’il y a encore un timbré qui a frappé chez les grands bretons, nos chefs se sont entendus pour sévir très très très fort contre le terrorisme lors du dernier pince-fesses du G7. Du jamais vu, selon les journalistes. En gros, ça s’est borné à demander à fesse de bouc d’arrêter de mettre en ligne des vidéos à la con, ou de les supprimer plus vite qu’avant.

A l’arrivée, ça a donné ça :

« Le G7 appelle les fournisseurs d’internet et les réseaux sociaux à accroître substantiellement leurs efforts pour résoudre le problème des contenus terroristes. »

Une manière de refiler du boulot à Zuckerberg et à ses potes. Ça s’appelle « anticiper », y paraît.

Une manière de pouvoir continuer à vendre des engins de mort aux mêmes, genre l’Arabie saoudite.

Leurs guerres, nos morts.

Une manière aussi d’utiliser la maison poulaga à d’autres tâches, autrement plus essentielles, genre les coups de latte aux éventuels manifestants, bougnoules (ça défoule, et tout le monde s’en fout, on n’est pas concernés) et autres anarchistes-casseurs, bref de contrôler la colère qui gronde un peu partout. Ce qui est bien pratique…

Pour le climat, on attendra. Comme d’hab. On va pas quand même pas emmerder les copains qui font du bizenesse (voir plus haut).

Et sinon, dans l’ancien pays de la révolution française devenu république banano-macronière, notre premier sinistre a déclaré y’a deux jours que « ce sont les électeurs qui décideront » si le dénommé Ferrand mérite d’aller au gnouf.

Le Parquet, lui, est occupé ailleurs, à traquer les gens qui aident les migrants. Ou les migrants eux mêmes. Par exemple.

Je suggère d’ailleurs de fermer le ministère de la justice, avec tous ces fonctionnaires qui glandent à longueur de journée, ça fera des économies. Ou du pognon pour les députés, histoire qu’ils continuent à s’abstenir (certains « frondent », quels coquins) quand d’aventure un projet de loi leur sera soumis. Si par hasard, des fois, un frémissement de « démocratie » (rires) apparaissait (par miracle) dans les tuyaux. Juste comme ça, une fois en passant …

Sinon, tout va bien, je vais bien. Fait beau et chaud (ou lycée de Versailles) et tout ça…

Written by Gavroche

28 mai 2017 at 9 h 09 min

Publié dans Actualité en France

Et maintenant ?

with 2 comments

En 68, le slogan, c’était ça :

En 2017, c’est plutôt ça :

Parce que voilà, le bon peuple est allé jouer le rôle pour lequel il était programmé : élire celui qu’on lui avait désigné comme le sauveur, face à la menace « fasciste ». Le désormais célèbre et toujours d’actualité « votutile ». La fonction « barrage » a été activée, et elle a parfaitement fonctionné.

Comme le dit si bien un de mes amis, plutôt que le fascisme camembert-saucisson-pinard, on a « choisi », le fascisme caviar-champagne, et je rajouterais CAC40.

Lire la suite »

Written by Gavroche

8 mai 2017 at 18 h 01 min

Les vraies statistiques du premier tour

leave a comment »

Adresse aux partisans du barrage…

Les suffrages exprimés

En 2012

Lire la suite »

Written by Gavroche

7 mai 2017 at 9 h 51 min

Ouf !

with 10 comments

Dans une prochaine vie, je me recyclerais bien politologue, ou Madame Irma (ce qui, je vous l’accorde, revient à peu près au même) vu la teneur (et la conclusion) d’un de mes derniers billets.

Comme dans La quatrième dimension, ou comme dans Les Guignols, « vous pouvez éteindre la télévision et reprendre une activité normale. »

Parce que, ça y est, enfin, selon les médias en folie en tous cas, on a enfin un présidu. Enfin un chef. Un truc, quoi. Un pantin pour habiter l’Elysée.

Parce que, même en râlant, tout le monde va bien sagement y aller, pour « faire barrage ». Quitte à recommencer dans cinq ans, mais bon …

Lire la suite »

Written by Gavroche

27 avril 2017 at 11 h 09 min

Publié dans Actualité en France

Tagged with

Ne pas voter est un acte politique

with 6 comments

Participer au carnaval électoral ?

Plus jamais.

Pourquoi ?

Parce que jusqu’en 2012, j’y ai cru, même si j’avais des doutes.

Jusqu’à ce que « mon candidat » appelle à voter pour Hollande « comme si c’était pour lui », alors qu’ancien socialiste lui-même, il était quand même bien placé pour savoir quelle ganache c’était. Il s’est même proposé ensuite pour être le premier ministre de ce gouvernement socialiste-comme-je-suis-bonne-sœur.

Jusqu’à ce que « mon candidat » tienne des propos que je ne partageais pas, sur les jeunes de banlieue qualifiés de bouffons, sur les musulmans et les musulmanes qui « faisaient de la provoc » sur les plages, sur la police « républicaine » (qui vote FN à au moins 50 %, mais passons), sur les migrants qu’on devrait aider à rester chez eux, etc.

Jusqu’à ce que les « insoumis » soient tellement soumis qu’ils ne mettent plus en doute la sainte parole (avant, on appelait ça « la ligne » du parti) et dégueulent sur ceux qui se permettent de le faire, même un peu. Ce qui laisse augurer des lendemains qui chantent pour leurs contradicteurs si jamais ils arrivaient au pouvoir. C’est simple, ils me font parfois penser aux fillonistes purs et durs (et aveugles).

Alors, c’est vrai, je lui en veux, à « mon candidat ». Et je m’en veux d’y avoir cru. Et tant pis pour ceux qui y croient encore.

Parce que pour moi, tout ça est finalement assez simple.

Lire la suite »

Written by Gavroche

12 avril 2017 at 16 h 55 min

L’ermite de Cercoux

with 7 comments

J’ai regardé l’autre soir un reportage de France 3 Aquitaine.

Visible ici.

L’histoire se passe à quelques kilomètres de chez moi, sur la commune de Cercoux :

Dans leur jeune temps, M. et Mme Belmon (80 balais aujourd’hui) avaient acheté un petit bois, juste pour y passer les vacances. Et puis, « réformes » après « réformes » (de droite, puis « socialistes »), et la vieillesse et la maigre retraite finissant par arriver, ils se sont retrouvés tous les deux quelque peu dans la mouise, ce qu’on appelle pudiquement en langage administratif « sous le seuil de pauvreté ».

Alors, au lieu d’aller vivre dans un studio HLM, avec leur minimum vieillesse (1), ils ont décidé de se construire une cabane dans les bois. Dans leur bois. Une citerne pour l’eau, un panneau solaire, un potager pour les légumes, bref, une petite maison écolo à pas cher. Sans rien demander à personne. Ni argent public, ni subventions, ni rien. Un peu anars, les Belmon. Un peu tapis dans l’ombre…

Sauf que Jeanne Blanc, Madame la maire du village de Cercoux depuis 2014, ne l’a pas entendu de cette oreille. Cette construction « sauvage » était illégale, parce que bâtie en zone naturelle. Et point barre.

Lire la suite »

Written by Gavroche

9 avril 2017 at 12 h 39 min