LES VREGENS

Archive for the ‘conflits d’intérêts’ Category

L’histoire des « maisons fantômes » d’EDF

leave a comment »

J’ai lu hier une niouze que les parisiens ignorent (du moins, j’imagine qu’on en a pas parlé au « niveau national ») mais qui pourtant concerne tout le monde  : une histoire d’argent public, et de sa gestion calamiteuse par nos chers (au sens propre) « représentants ». Parce que ça se passe partout en France.

L’histoire commence en Gironde, et concerne tout un tas de petites communes, proches de la centrale du Blayais.

Lire le reste de cette entrée »

Avoir 20 ans en France « socialiste »

with 14 comments

Nos z’élites socialistes ont pleuré hier la mort du patron de Total, un des leurs de toute évidence, et tout cela dans une touchante unanimité, lors de funérailles quasi nationales.

Notre république laïque (rire) a célébré le grand homme.

french-president-francois-hollande-arriving-0211-diaporama

Et ce week-end, dans le Tarn, Rémi Fraisse, illustre inconnu, est mort. Il avait 21 ans. Il n’était pas patron d’une multinationale, juste militant écologiste, passionné de nature, et étudiait les fleurs de la zone humide du Testet.

rc3a9miHommage à Rémi Fraisse, sur le site Tant qu’il y aura des bouilles

Et pendant que les « neutres », les journalistes et commentateurs « objectifs » claironnent partout que tout de même, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, et « attendre les résultats de l’autopsie », les témoignages affluent :

Rémi a été tué sur le coup par un robocop socialiste qui lui a balancé une grenade dans le dos.

La police, elle, s’interroge sans rire sur ce que pouvait bien contenir le sac à dos de Rémi. De la dynamite, sans doute ? Une bombe à fragmentation ? de l’anthrax ? du gaz sarin ? La flicaille socialiste raconte même qu’elle a vu des drapeaux islamistes sur la ZAD , n’ayons pas peur du ridicule.

Hier 27 octobre, France Nature Environnement publiait un communiqué :

Rémi était un jeune militant investi au sein de Nature Midi-Pyrénées, association affilée à France Nature Environnement. Actif au sein du groupe botanique de l’association naturaliste, basée à Toulouse, il participait notamment au suivi de la flore protégée en Haute-Garonne où il assurait la coordination du suivi de la Renoncule à feuille d’ophioglosse.

La renoncule à feuille d’ophioglosse, ça ne vous paraît pas suspect, vous ?

Renoncule-a-feuilles-d-Ophioglosse-gros-plan-sur-la-fleur

Les témoins racontent aussi que les petits copains du robocop socialiste auteur du tir mortel sont venus fissa ramasser le cadavre de Rémi, et l’ont fort opportunément « retrouvé » quelques heures plus tard. La « scène de crime » n’a pas été balisée comme on le voit dans toutes les séries policières, ce sont les zadistes eux-mêmes qui s’en sont chargés, plusieurs heures plus tard, on se demande bien pourquoi ?

Vous avez des doutes sur cette version ?

Regardez donc cette vidéo, ou un autre robocop socialiste balance une grenade dite de désencerclement dans une caravane située hors zone, et où se trouvaient plusieurs personnes désarmées :

Mais qu’est-ce donc qu’une grenade de désencerclement ? Cette arme de force intermédiaire provoque une forte détonation, ainsi que la projection de 18 galets en caoutchouc dans un rayon de 10 mètres. Selon les instructions des directeurs de la gendarmerie nationale et de la police nationale, elle peut être utilisée lorsque « les forces de l’ordre se trouvent en situation d’encerclement ou de prise à partie par des groupes violents ou armés ». « Son emploi en milieu fermé doit être limité à des situations particulières où les risques liés aux projections et à l’explosion sont réduits », prévoit cette directive, qui ordonne aux agents de s’assurer de l’état de santé de la personne après usage.

Autre vidéo, qui montre l’escalade de la violence … policière  :

Ben ouais, pendant que notre bon (p)résidu communie avec « l’élite de la nation », les robocops socialistes font le ménage, et enlèvent les déchets.

D’ailleurs, selon le socialiste Thierry Carcenac (sénateur, et aussi big boss du conseil général des barons locaux du Tarn et accessoirement administrateur d’un certain nombre de sociétés d’économie mixte dans le domaine du BTP, encore un heureux hasard), « Mourir pour des idées, c’est une chose, mais c’est quand même relativement stupide et bête ».

Un sénateur élu avec le pognon du conseil général du Tarn, avec 17 voix d’avance sur son adversaire…

Et de la part du gouvernement socialiste, pas un mot de compassion ou de condoléances à la famille de Rémi Fraisse. Pas même de la part de la soi-disant ministre de l’écologie,  Soeur Ségolène du Poitou, sans doute installée là en récompense de ses bons et loyaux services par son ex mari. Fallait bien la caser quelque part, tata Ségo, hein. Fallait bien que Françoua se fasse pardonner ses petites escapades en scooter, et on est entre gens du même monde, en famille.

Donc, rien, pas un mot. Pas une explication. Dommage collatéral, Rémi.

Quant à l’inestimable Mélenchon, en v’là un autre qui est finalement venu là seulement pour faire sa promo. L’est vachement bon pour écrire des bouquins et pour faire de beaux discours de campagne. Mais c’est tout, donc.

Voici ce qu’il a dit, avant de supprimer courageusement ses propos sur fessebouc :

B08WRdJIMAADtFi.png large.png%20large

Alors, je me rappelle ses belles paroles, au Mélenchon, c’était en 2012, chez Drucker :  » à la fin, ce sera eux contre nous, les autres seront cachés sous la table ». Ben voilà, ce n’étaient que des mots.

Parce que pour lui, les militants du Testet n’étaient que des violents, des clochards, des anarchistes, mandatés par les pro barrage et par l’extrême droite, et en plus, ils puaient de la gueule. Ben ouais, ducon, y’a pas de douches au Testet, c’est bête, hein.

En revanche, la violence des robocops socialistes ne l’a pas fait frémir.

Une violence policière dirigée aussi contre les élus de la République

Ce que propose Mélenchon, finalement, c’est une révolution propre, une révolution gentille en bas de soie, « citoyenne » la révolution, et tout ça, face à la la soldatesque hollandaise autant aux ordres des puissants que la soldatesque sarkozyste.

Finalement, ma carte d’électeur est définitivement à sa place : à la poubelle. Et désormais, aucun politique ne me fera plus perdre mon temps dans un bureau de vote.

Du grain à moudre :

Un site où y’a tout sur la ZAD du Testet, sur les manifs, et sur Rémi.

Tant qu’il y aura des bouilles

Et un excellent article de Médiapart : Barrage de Sivens les alertes des écolos ont été ignorées

« Deux jours, une nuit » : Marion et « les frères »

with 4 comments

J’ai beaucoup aimé le dernier film des Dardenne « Deux jours, une nuit ». J’ai trouvé le couple formé par Sandra/Marion Cotillard et Manu/Fabrizio Rongione absolument formidable, si humainement exemplaires et émouvants l’un et l’autre. Pourtant, je n’avais pas envie d’en faire un billet… Je me disais qu’après tout ni la réputation des frères Dardenne, ni la renommée désormais internationale de Marion Cotillard n’avaient besoin de mon modeste soutien ou de publicité promotionnelle.

Dardenne1

Et puis… il y a eu ces 25% d’électeurs qui ont choisi le front national pour ne pas les représenter, tout en les « représentant » (cherchez l’erreur !), au parlement européen. Il y a eu en même temps tous ceux, beaucoup trop, qui ont choisi le parti de s’abstenir, et parmi eux, des amis que j’aime et respecte… Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

4 juin 2014 at 15 h 54 min

Les apparentements terribles

with 4 comments

Hier soir, je regardais la télé. Le jité du larbin Pujadas. Ben ouais, je dois être un peu maso. Bon, on n’a pas eu droit à l’insupportable Lenglet (quand je vois sa gueule, je change de chaîne, c’est simple, je peux pas …) qui était là la veille avec le François Fion qui devait « dévoiler son patrimoine » (hihihi, j’imaginais le pire, en guise de dévoilement, pis non, finalement, c’était que du flan, comme d’hab).

Mais on a un droit à un autre gonze, dont j’oublie le nom, vu qu’ils se ressemblent tous, qui nous a doctement essspliqué qu’au Parlement, ben y’avait beaucoup d’avocats d’affaires et de toubibs, une étudiante (la dernière de la smala La Pen) et kek paysans au Sénat (on imagine bien que c’est pas le petit péquenot du coin, hein). Bon, il a pas dit clairement que là-bas, y’avait pas d’ouvriers du tout, pas de petits employés, pas de chômeurs, ni rien de toute cette sorte de français d’en bas, de tout en bas, dont tout le monde sait maintenant qu’ils sont très cons, et qu’ils ne savent pas ce qui est bon pour eux, à savoir ce bon vieux libéralisme, même à la sauce Hollande.

Lire le reste de cette entrée »

La couleur de l’argent

with 4 comments

le fric, c'est chic

Une longue suite d’« affaires », voilà à quoi ressemble la « politique » en France.

Sarkozy (enfin) mis en examen (on a enfin trouvé un juge qui s’en charge, il faut dire que Naboléon n’est plus protégé par son immunité), mais qui garde toute son arrogance de nanti, genre Woerth qui disait : « est-ce que j’ai l’air de quelqu’un de malhonnête ? ». Sarkozy, lui, c’est : « est-ce que j’ai l’air capable de piquer les sous d’une vieille dame sénile ? »

« Est-ce que j’ai l’air de … » Voilà leurs « arguments »…

Ben oui, mon vieux, t’en as l’air. Pis la chanson, aussi.

J’avais lu récemment, un billet d’un certain Aphatie Jean-Mimi, qui écrivait (sans rire) :

Personne n’est coupable à priori. Nul n’est tenu de prouver son innocence. Les passions conduisent beaucoup d’entre nous à inverser les facteurs. Se rendent-ils compte que la démocratie, un trésor fragile, repose toute entière sur ces maigres piliers ? Un citoyen ne peut être tenu pour coupable parce qu’il a été, cinq ans dans sa vie, un président de la République énervant. Un ministre du budget ne peut pas être condamné uniquement parce qu’il a mal tenu en laisse une arrogance naturelle renforcée par le paiement de l’ISF.

La France d’aujourd’hui laisse trop libre court à des sentiments que l’on pourrait nommer jalousie, dépit, frustration, bouquet malsain des temps de ces temps de crise qui diminuent les espoirs de progression sociale et de vie meilleure. Il est possible d’expliquer et de comprendre la montée de ces sentiments, dont il faut bien constater qu’ils sont en train d’envahir la scène publique. Mais les laisser prospérer revient à paver le chemin de boue sur lequel piétinent pour l’instant ceux qui tiennent la démocratie pour une faiblesse et les libertés individuelles pour une malédiction.

Les français sont vraiment des bœufs, des jaloux, des frustrés, qui réfléchissent avec leurs tripes, et pas avec leur tête, donc. Et c’est eux, et non les Sarko-Cahuzac et consorts, les malhonnêtes, les profiteurs, les voleurs, les voyous, les bien casés de droite ou de « gauche », qui seraient un danger pour la démocratie… Moi, quand je lis ça, j’ai juste envie d’envoyer le Jean-Mimi un peu casser des cailloux, voyez, et payé avec un demi-smic, voyez…

Lire le reste de cette entrée »

Cahuzac est-il pire que les autres ?

with 2 comments

Bon, celui-là, c’est fait. Quelque part, ce triste épilogue ne me réjouit pas. La malhonnêteté ne me réjouit jamais. La cupidité non plus, ni l’absence de solidarité. Mais quelque part, l’unanimisme moutonnier m’emmerde aussi.

Médiapart a eu la peau de Jérôme Cahuzac. OK. Mais je ne peux m’empêcher de me poser la question : pourquoi lui, et pas n’importe lequel des autres (et ils sont nombreux) toujours en place ?

Juste parce qu’un opposant politique (Michel Gonelle, son adversaire politique à la mairie de Villeneuve sur Lot, en 2001) a eu vent d’une saloperie et l’a transmis fort opportunément à la presse, quand il est devenu ministre ? C’est juste « ça », le « journalisme d’investigation » ?

Lire le reste de cette entrée »

Socialistes ?

with 3 comments

Je suis en train de lire le dernier opus, brillantissime, comme d’habitude, de Jean-Claude Michéa,  Les mystères de la gauche, paru ces jours-ci chez Climats.

Les mystères de la gauche

Selon lui, « le nom de gauche – autrefois si glorieux – ne me paraît plus vraiment en mesure, aujourd’hui, de jouer ce rôle fédérateur ni par conséquent, de traduire efficacement l’indignation et la colère des classes populaires devant le nouveau monde crépusculaire que les élites libérales ont décidé de mettre en place. »

Mais je vous livrerai le fruit de mes réflexions dans un prochain billet.

C’est en tous cas la lecture de ses premières pages qui m’amène à vous parler ici des petits arrangements entre ministres dits « socialistes », presque totalement passés sous silence par la presse toujours aux ordres (gauche-droite, droite-gauche, on s’en fout, c’est juste le bon côté du manche) ou en tous cas délivrés sans la moindre analyse, mais qui ressemblent furieusement aux arrangements précédents des ministres de droite…

Lire le reste de cette entrée »

Lettre ouverte à Madame Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie copie à Monsieur Bernard Gonzalez, Préfet du Lot

with 8 comments

Objet : épandages aériens dans le Lot et ailleurs

Madame la Ministre,

Comme vous le savez sans doute, une directive européenne du 21 octobre 2009 interdit l’épandage de pesticides par voie aérienne. La Loi Grenelle II du 13 juillet 2010 dans son article 103, interdit elle aussi la pulvérisation de pesticides par voie aérienne, mais un Arrêté ministériel du 31 mai 2011, signé entre autres par votre prédécesseur, Nathalie Kosciusko-Morizet, autorise malgré tout les préfets à accorder des dérogations.

Depuis l’an dernier, on voit donc fleurir des dérogations partout : cette année on compte en France huit cent demandes de dérogation à l’interdiction des épandages de pesticides par voie aérienne … Malgré la volonté affichée à l’époque du Grenelle de les interdire.

La possibilité de dérogation est effectivement prévue dans la directive 2009/128, mais uniquement dans des cas particuliers et sous conditions, comme le rappelle une lettre récemment adressée aux Préfets. Parmi ces conditions figure la réalisation d’une évaluation spécifique des risques liés à l’évaluation aérienne. En France, cette évaluation est confiée à l’Anses.

Or, depuis le scandale du Médiator, ont été portées à la connaissance du public les conflits d’intérêts de nombreux membres de cette noble institution.

Dans un article du Monde, daté du 9 juillet, on peut lire, au sujet du rapport remis par l’EFSA (l’équivalent européen de l’AFSSA, devenue ANSES) concernant les protocoles d’évaluation des pesticides :

De manière générale, explique le rapport, “les expositions prolongées et intermittentes ne sont pas évaluées en laboratoire”, pas plus que “l’exposition par inhalation et l’exposition des larves”. Les calculs d’exposition des insectes sont systématiquement biaisés : ils ne tiennent pas compte de l’eau exsudée par les plantes traitées, avec laquelle les insectes sont en contact. Ils ne considèrent pas non plus les poussières produites par les semences enrobées au cours de la période des semis…

De même, ajoute le rapport, « les effets des doses sublétales ne sont pas pleinement pris en compte par les tests standard conventionnels.” Ces faibles doses ne tuent pas directement les abeilles, mais peuvent par exemple altérer leur capacité à retrouver le chemin de leur ruche, comme l’a récemment montré une étude conduite par Mickaël Henry (INRA) et publiée le 30 mars dernier dans la revue Science.

Des “faiblesses majeures” sont pointées par les rapporteurs, comme la taille des champs traités aux insecticides testés. Les ruches enrôlées sont en effet placées devant une surface test de 2 500 m2 à un hectare en fonction de la plante. Or, explique le rapport, ces superficies ne représentent que 0,01 % à 0,05 % de la surface visitée par une butineuse autour de sa ruche… Dès lors, l’exposition au produit est potentiellement plusieurs milliers de fois inférieure à la réalité, notamment dans le cas où les abeilles seraient situées dans des zones de monoculture intensive recourant à ce même produit.

Concernant les financements des tests effectués sur les pesticides

Comment, et par qui, sont élaborés ces protocoles de test ?

– Par l’Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes [EPPO], qui donne les lignes directrices de ces tests.

– Par l’International Commission on Plant-Bee Relationships (ICPBR) qui élabore les éléments de base de ces fameux tests standardisés.

Et qui sont les généreux sponsors ? BASF, Bayer CropScience, Syngenta et DuPont …

Et d’ailleurs, ils ne s’en cachent même pas : contacté par Le Monde, le groupe de travail de l’ICPBR sur la protection de l’abeille confirme le soutien financier des principaux fabricants de pesticides.

Et la France ?

L’approbation des nouveaux standards de 2010 s’est faite sous la supervision d’une écotoxicologue de la Direction générale de l’alimentation (ministère de l’agriculture) qui représente la France à l’EPPO. Or, cette scientifique participait aux travaux de l’ICPBR et n’est autre que la principale auteure des recommandations soumises… Elle a donc expertisé et approuvé son propre travail. Ancienne employée de Syngenta (ex-Novartis), elle est ensuite passée par différents organismes publics (INRA, Afssa, ministère de l’agriculture). Elle est, aujourd’hui, employée par l’agrochimiste Dow Agrosciences.

Au 20 février 2012, indique le Directeur général de l’alimentation, Patrick Dehaumont, sept produits avaient fait l’objet de cette évaluation spécifique de l’Anses et vus leur autorisation de mise sur le marché modifiée en conséquence. Il s’agit de fongicides, herbicides, insecticides et stimulateurs des défenses naturelles pour une utilisation sur les cultures de bananiers et de riz.

L’autorisation de ces produits pour des applications par voie aérienne est conforme à l’Arrêté du 31 mai 2011, qui avait déjà opéré ce glissement, du principe d’interdiction sauf dérogations, inscrit dans la directive et la loi Grenelle 1, vers une pratique de dérogations organisée.

Concernant les demandes de dérogations sur des produits non évalués

Mais la “lettre à diffusion limitée” adressée aux Préfets récemment va encore plus loin puisqu’elle liste 16 produits qui sont en cours d’évaluation par l’Anses. Ces produits peuvent en conséquence être intégrés dans les demandes de dérogation formulées par les opérateurs, indique le document. Qui précise que, dans les cas où l’évaluation des produits ne serait pas terminée au 31 mars 2012, date limite de dépôt des demandes de dérogation annuelle pour les traitements aériens, les dérogations pourront être octroyées sous réserve que les produits utilisés aient bien été autorisés spécifiquement au moment de la déclaration préalable de chantier.

De qui se moque t-on ?

Concernant « l’information du public »

Sachant que dans nos campagnes subsistent de très nombreuses zones dites blanches, où l’on ne dispose ni du haut-débit, ni de réseaux décents de téléphones portables, ni même souvent des radios du service public, cette « information » du public n’est hélas disponible que sur internet, sur les sites des Préfectures – et encore pas toujours, ainsi sur celle du Lot ne figure que celle concernant la commune de Soturac – et sur ceux des différentes Directions Départementales des Territoires, joliment appelées DDT …

Dans l’article 10 de l’Arrêté ministériel du 31 mai 2011, on peut lire que le donneur d’ordre doit porter au préalable à la connaissance du public la réalisation d’un épandage aérien au plus tard 48 heures avant le traitement, en informant les mairies des communes concernées, en effectuant un balisage du chantier, notamment par voie d’affichage sur les voies d’accès à la zone traitée, et en informant les syndicats apicoles concernés par la zone à traiter de manière à ce que ces derniers soient informés au plus tard 48 heures avant l’opération de traitement.

Les riverains, les apiculteurs et autres propriétaires d’animaux ont donc 48 heures pour évacuer leurs bêtes, et les mettre si possible à l’abri.

De qui se moque t-on ?

Concernant les « dossiers de demande de dérogation »

Ce sont les demandeurs eux-mêmes qui les remplissent, comme vous pourrez le constater en lisant celle qui concerne les communes de Fargues, Lagardelle et Saint-Matré.

Dossier derogation Fargues Saint Matré Lagardelle(pdf)

Ce sont les demandeurs eux-mêmes qui déclarent que leurs produits ne sont pas dangereux pour l’environnement, en se gardant bien de publier les notices techniques des dits produits… De l’art d’être juge et partie.

Pourtant, sur les sites des fabricants, on peut consulter les notices techniques…

Voici celles des produits qui vont être vaporisés :

Notice Coragen

Notice Sherpa 2GC

Notice technique Décis Protech

Notice sécurité Décis Protech

Seuls les sites Natura 2000 sont encore un peu préservés. Mais qu’en est-il des hommes et des bêtes qui n’ont pas le bonheur de vivre sur ces sites ? Les abeilles, et tous ces autres insectes utiles qui essaient de survivre ailleurs ? Ou alors seulement dans les villes, où on les réintroduit pour faire écolo ?

Et les Préfets de la République accordent donc ces dérogations à des sociétés privées, en vue de traiter des parcelles appartenant à des propriétaires privés. Sans demander l’avis des riverains, leur offrant seulement la possibilité de « déposer leurs observations » dans un registre, si d’aventure ils avaient la bonne idée :

– de passer leur temps à consulter le site des Préfectures

– de passer devant les bureaux des Directions Départementales des Territoires…

Et qui paye ces épandages ?

Là-aussi, une question sans réponse : un paysan lambda, déjà endetté au-delà du raisonnable – une exploitation ferme ses portes en France toutes les demi-heures – a t-il les moyens de payer un épandage aérien ? Ou est-il démarché par les vendeurs de produits « phytosanitaires », déjà très chers par eux-mêmes ?

Vous avez été récemment nommée au ministère de l’Écologie.

Nous, citoyens du Lot et d’ailleurs, espérons que vous aurez à cœur de nous entendre, que ces épandages, dont on a le sentiment qu’ils sont effectivement effectués « en douce », seront rendus publics, largement affichés par voie de presse, et passibles de recours de la part des populations, afin qu’une véritable démocratie existe dans ce pays.

Ici, dans un des plus beaux coins de France, peu à peu les abeilles disparaissent, c’est une réalité que j’ai moi-même constaté.

Ici, mon médecin traitant s’arrache les cheveux : de plus en plus d’agriculteurs qui arrivent chez lui simplement “fatigués”, repartent avec un terrible diagnostic.

Je ne vous poserai qu’une seule question, Madame la Ministre :

Pourquoi, alors que l’Europe l’interdit, et qu’elle pourrait risquer des sanctions, la France poursuit-elle cette aberration écologique, au profit de quelques agriculteurs, et surtout pour celui de quelques groupes d’agrochimie, et au mépris de l’avis de l’ensemble de la population ?

Nous sommes tous directement concernés, – vous aussi, d’ailleurs – pour notre santé, celle de nos enfants, et celle de la planète.

Recevez, Madame la Ministre, mes salutations citoyennes.

Une Lorraine au coeur d’acier

with 7 comments

Il ne m’aura fallu qu’une petite heure pour me rendre au pied du podium dressé en bord de Seine, entre le Trocadéro et la Tour Eiffel. Les « métallos de Florange », eux, ont marché durant 9 jours, parcourant plus de 300 km pour atteindre hier en fin d’après-midi la Dame de fer, faite d’acier lorrain. Tout un symbole. Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

8 avril 2012 at 11 h 20 min

Ils s’occupent de tout – suite

with 2 comments

Le billet précédent m’a fait tout de suite penser à un article lu il y a quelques jours, qui montre comme au Royaume-Uni aussi, « ils » s’occupent de tout. Ils? Comme l’écrivait Naomi Klein, ce n’est pas du complotisme, juste de la convergence d’intérêts.

Lire le reste de cette entrée »

Written by florence

2 octobre 2011 at 13 h 51 min