LES VREGENS

Archive for the ‘Cinéma’ Category

« Deux jours, une nuit » : Marion et « les frères »

with 4 comments

J’ai beaucoup aimé le dernier film des Dardenne « Deux jours, une nuit ». J’ai trouvé le couple formé par Sandra/Marion Cotillard et Manu/Fabrizio Rongione absolument formidable, si humainement exemplaires et émouvants l’un et l’autre. Pourtant, je n’avais pas envie d’en faire un billet… Je me disais qu’après tout ni la réputation des frères Dardenne, ni la renommée désormais internationale de Marion Cotillard n’avaient besoin de mon modeste soutien ou de publicité promotionnelle.

Dardenne1

Et puis… il y a eu ces 25% d’électeurs qui ont choisi le front national pour ne pas les représenter, tout en les « représentant » (cherchez l’erreur !), au parlement européen. Il y a eu en même temps tous ceux, beaucoup trop, qui ont choisi le parti de s’abstenir, et parmi eux, des amis que j’aime et respecte… Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Written by Juléjim

4 juin 2014 at 15 h 54 min

(1 + 1) = 1… ou l’équation improbable

leave a comment »

Oui, le dernier film de Spike Jonze accorde une place prépondérante à l’intelligence artificielle ; oui, le spectateur peut avoir l’impression d’assister à un récit de science-fiction, genre Blade Runner par exemple ; certes, la plupart des critiques s’attardent volontiers sur la vie numérique des protagonistes et leur mal de vivre à la fois réel et virtuel…

Pourtant, ce qui m’est apparu central dans ce film c’est d’abord une réflexion sur le couple. Le couple et la durée sont-ils des notions inconciliables ? l’amour en couple est-il une utopie ? aimer est-il un pure folie ? le temps est-il inexorablement un tue l’amour ?…

Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

22 mars 2014 at 18 h 08 min

« La Cour de Babel » : c’est la classe !

with 6 comments

Le superbe et lumineux documentaire de Julie Bertuccelli se déroule entre les murs d’un collège parisien du 10e arrondissement, mais ce n’est en aucun cas une sorte de remake du « Entre les murs » de Cantet/Bégaudeau.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

12 mars 2014 at 18 h 30 min

« Marchons, marchons ! … »

with one comment

Des films, il y en a de toutes sortes, et chacun d’eux joue son rôle, s’acquitte de son projet, plus ou moins bien. Des comédies pour faire rire, des thrillers pour faire frissonner, des mélodrames pour faire pleurer, des documentaires pour informer, de la SF pour faire rêver, des chroniques politiques pour faire réfléchir ou témoigner…etc…

Quel but, quel projet assigner au film de Nabil Ben Yadir, « La Marche », qui retrace l’initiative  de quelques jeunes des Minguettes (à Vénissieux) en 1983 ? Une « marche des beurs » à travers la France, de Marseille à Paris, du 15 octobre au 3 décembre, 17 au départ, 100 000 à l’arrivée ! Une prouesse physique, une Parole revendicative symboliquement forte et pacifiste : « POUR l’égalité, CONTRE le racisme ! »… au final, un impact plus médiatique que concrètement sociopolitique. Ce qui fit s’interroger certains à l’époque : tout ça pour si peu ? Etait-ce bien utile ?

Lire le reste de cette entrée »

« La Vie domestique »

with 5 comments

Troisième film d’Isabelle Czajka. Le 1er c’était « L’année suivante »,la colère et l’errance d’une ado de 17 ans ; ensuite, ce fut « D’amour et d’eau fraîche », la difficile insertion dans le monde du travail d’une Bac+5 de 23 ans.

A chaque fois, les compliments pleuvent :

lannéesuivante

« Très beau film sur l’adolescence et sur le deuil sur fond de société de consommation omniprésente et oppressante… sobre et émouvant avec une jeune comédienne époustouflante ! »(in télérama.fr le 10/02/2007 à propos de « L’année suivante »)

Damouretdeaufraîche

« La peinture fine du monde du travail et d’une société qui n’épargne pas sa jeunesse la forçant à renoncer à ses rêves : un film réussi et le beau portrait d’une fille actuelle. » (in télérama.fr le 12/09/10 à propos « D’amour et d’eau fraîche »)

***

A chaque fois aussi, le regard que pose la cinéaste sur ses personnages et leur milieu de vie est sans concession, sans pour autant porter de jugement de valeur. Dans « La Vie domestique » ce sont quatre femmes encore jeunes, « bien propres sur elles », que la caméra nous montre tour à tour, ou ensemble, pataugeant dans une existence saturée d’ennui, frôlant la vacuité…

Lire le reste de cette entrée »

« Blue Jasmine »

with 10 comments

Autant prévenir d’entrée : je suis super fan de Woody Allen ! Tout m’enchante et me séduit chez le bonhomme. Son rapport au monde et sa philosophie de la vie d’abord, sa profonde intelligence de l’âme humaine, son humour, qu’il voudrait faire passer parfois pour du pessimisme ou du désespoir quand ce n’est qu’une mise à distance pleine de dignité et de réalisme du quotidien et de la condition humaine, sa passion pour la musique de jazz… et bien sûr sa façon inimitable de faire du cinéma.

Il est de bon ton aujourd’hui de faire la fine bouche à propos de tel ou tel film de Woody Allen et de hiérarchiser telle œuvre par rapport à telle autre : « Annie Hall » et « Manhattan » supérieurs à « La Rose pourpre du Caire » ou à « Stardust Memories »…? Vraiment ? En réalisant un film par an, avec la quasi régularité d’un métronome, de « Prends l’oseille et tire-toi ! » (1969) à « Blue Jasmine » (2013), Woody Allen est certainement l’un des cinéastes qui affiche le meilleur rapport « qualité » par rapport à la quantité produite ! Alors oui, on a pu avoir le sentiment que Woody s’était un peu égaré ces dernières années en mélangeant tourisme et cinéma mais sa dernière production est probante : Woody is back !

  Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

3 octobre 2013 at 15 h 08 min

J’avais envie…

with 2 comments

… de vous parler du grand film qu’Arnaud Desplechin a consacré à cette immense figure de l’ethnopsychiatrie, Georges Devereux. Son titre : « Jimmy P. » En sous-titre : « Psychothérapie d’un Indien des Plaines ». (titre éponyme du livre de Georges Devereux publié en 1951 aux Etats-Unis).

… et puis voilà qu’hier, j’apprends la disparition de Jean Véronis, ce génial linguiste qui a su si bien faire parler les discours des humains en faisant parler les  ordinateurs  de ce que disaient, sans avoir tout à fait conscience de le dire, ces mêmes humains.

Véronis

Aujourd’hui, c’est la mort d’Albert Jacquard qui me frappe en plein cœur. 87 ans, certes, mais tout de même ! l’homme a beaucoup fait, pour la science de la génétique, pour la transformation de l’Ecole, pour la condition des mal-logés, des sans-abris, des sans-papiers… de tous les « sans » de la Terre !… et il reste tant à faire, doit-il penser désormais. Lire le reste de cette entrée »