LES VREGENS

Archive for the ‘Cinéma’ Category

J’avais envie…

with 2 comments

… de vous parler du grand film qu’Arnaud Desplechin a consacré à cette immense figure de l’ethnopsychiatrie, Georges Devereux. Son titre : « Jimmy P. » En sous-titre : « Psychothérapie d’un Indien des Plaines ». (titre éponyme du livre de Georges Devereux publié en 1951 aux Etats-Unis).

… et puis voilà qu’hier, j’apprends la disparition de Jean Véronis, ce génial linguiste qui a su si bien faire parler les discours des humains en faisant parler les  ordinateurs  de ce que disaient, sans avoir tout à fait conscience de le dire, ces mêmes humains.

Véronis

Aujourd’hui, c’est la mort d’Albert Jacquard qui me frappe en plein cœur. 87 ans, certes, mais tout de même ! l’homme a beaucoup fait, pour la science de la génétique, pour la transformation de l’Ecole, pour la condition des mal-logés, des sans-abris, des sans-papiers… de tous les « sans » de la Terre !… et il reste tant à faire, doit-il penser désormais. Lire le reste de cette entrée »

Publicités

« Jeune et jolie »

leave a comment »

François Ozon a eu raison d’insister, lors de ses entretiens promotionnels, pour dire que son dernier film n’était pas un documentaire romancé sur la prostitution étudiante. Par contre, il aurait pu s’abstenir de faire cette provocation cannoise qui déclencha immanquablement une polémique et choqua tout particulièrement nombre de femmes mais aussi d’hommes : « «C’est un fantasme de beaucoup de femmes de se livrer à la prostitution.»

Propos beaucoup trop ambigu, exprimé dans un concentré de mots détonnants : « fantasme », « prostitution »… Une façon efficace, sans coup férir, de faire « le buzz », sans aucun doute, mais le film de François Ozon vaut bien plus et bien mieux que cela !

  Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

1 septembre 2013 at 12 h 14 min

Just for fun

with 8 comments

Petite transposition de la critique rimée de Jules en pentamètres iambiques , le vers classique anglais, qui consiste en une suite de 5 iambes, qui elles-mêmes consistent en une syllabe inaccentuée suivie d’une syllabe accentuée.

J’ai tenté de coller au sens le plus près possible, mais bien-sûr Molière est devenu Shakespeare et Le misanthropeHamlet.

Damnation! Here I am, compelled by pride,

I must for fear of shame show proof I tried,

Repeat all that I felt about this film,

But do it all in verse, which like a hymn

Iambic pentameters makes appear,

As if I were the glorious bard – Shakespeare.

Lire le reste de cette entrée »

Written by florence

26 janvier 2013 at 21 h 33 min

« Alceste à bicyclette »

with 3 comments

Morbleu ! me voici fait ! Je suis au pied du mur

Il me faut désormais soutenir la gageure :

Dire mon sentiment sur ce film charmant

En coulant ma pensée tout en versifiant

Dans des vers à douze pieds, de la belle manière,

Celle qui fit la gloire de l’illustre Molière

Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

26 janvier 2013 at 17 h 58 min

Auguste et Jean

leave a comment »

Jacques Renoir est l’arrière-petit-fils du peintre Auguste Renoir, le petit-fils de l’acteur Pierre Renoir, le fils de Claude Renoir, le petit-neveu de Jean Renoir. En 2003, il publie  » Le tableau amoureux », une biographie romancée, en mémoire et à la gloire de son illustre famille.

En 2007, un premier projet d’adaptation cinématographique pour la télévision échoue de peu. Le réalisateur Jean-Charles Tacchella se voit contraint d’abandonner le tournage pour raisons familiales.

Jacques Renoir

Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

12 janvier 2013 at 12 h 03 min

Après avoir vu « Après Mai » d’Olivier Assayas.

with 4 comments

S’il y a quelque chose de réussi dans ce dernier film autobiographique d’Olivier Assayas c’est bien d’avoir évité le piège d’un regard nostalgique ou passéiste. Dans « L’ignorance » Milan Kundera écrit : « Le retour, en grec, se dit « nostos ». « Algos » signifie « souffrance ». La nostalgie est donc la souffrance causée par le désir inassouvi de retourner. »

L’objectif d’Assayas, dans « Après Mai » n’est pas de décrire ou d’analyser avec minutie Mai 68, ni même l’esprit de mai ; son but est d’élucider ce qui l’a conduit à devenir cinéaste. Son personnage principal, Gilles, jeune lycéen adolescent, est travaillé par des influences diverses, politiques, culturelles, artistiques, sentimentales.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

16 novembre 2012 at 17 h 49 min

 » Et j’ai une maman, comme tout le monde ! … »

with 4 comments

Cette évidence, pour ne pas dire ce lieu commun, c’est Vincent Lindon qui n’a pas craint de la rappeler tout récemment lors de sa participation à l’émission « Comme on nous parle » sur france-inter. Il était en promotion pour le dernier film de Stéphane Brizé « Quelques heures de printemps ». J’ai vu le film, j’ai aimé ce qu’il suggère et la façon avec laquelle Brizé présente les choses en les contextualisant. C’est pourquoi je pardonne volontiers cette facilité de langage de la part de Vincent Lindon qui sait si bien incarner les taiseux à l’écran mais qui se révèle un fieffé bavard sur les ondes radio ou devant les caméras de télévision. D’ailleurs, là, au cours de l’émission, il l’a même revendiqué en incitant tout le monde à se parler, à communiquer, à se dire « je t’aime ». Avant qu’il ne soit trop tard. Un peu façon Louis Chedid.

 

Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

24 septembre 2012 at 17 h 39 min