LES VREGENS

Posts Tagged ‘Arrêt sur Images

« Petite Poucette »

with 13 comments

Après avoir entendu Michel Serres dans l’émission « Dans le texte », sur le site d’Arrêt sur images, j’ai tenu à lire le texte dans son intégralité, bien que j’en ai déjà lu de larges extraits, en pdf, grâce au sens du partage d’un ami internaute (merci Paulo !).

J’ai voulu y revenir de façon plus attentive car l’émission ne m’avait pas enthousiasmé plus que ça. J’avais trouvé le philosophe bien peu serein, manifestement agacé par les relances et les réserves à tonalité critique émises par Judith Bernard ; comme si, plutôt que d’éclairer ou de prolonger la réflexion, il s’agissait avant tout pour lui de défendre le point de vue exposé dans son texte ; comme si, plutôt que de vouloir nous faire réfléchir à partir d’observations pourtant parfaitement pertinentes et d’allers-retours très érudits du passé au présent, il s’agissait pour le vieux sage de bien faire sentir qu’entre lui et sa jeune interlocutrice, le jeune, c’était encore lui ! Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

2 juillet 2012 at 19 h 01 min

Billet (perfide, oui) pour rire

with 7 comments

Bon sang de bonsoir de cré vingt dieux d’une vieille pipe en bois…

Moi qui ai décidé, raide dans mes bottes (main’nant vous commencez à être habitués, hein) de ne plus poster sur les forums d’azi, vu que je suis (avec d’autres) d’après le patron, une indécrottable bachibouzouk, qui écrit sans réfléchir sept fois dans sa p’tite tête de linotte (vieille en plus, la tête, ce qui n’arrange rien, vous en conviendrez), et qui donc, par voie de conséquence, encombre un peu avec ses histoires de famille, et tout ça, vlatipa qu’en deux jours, le chef à plumes nous pond deux chroniques carrément gauchistes… ?!

Ah, c’est malin …

Hier, c’était sur les « zotages » des salopards de grévistes dans les aéroports, qui font rien qu’à emmerder les pauvres-gens-qui-voyagent-low-cost-pasque-faut-pas-déconner-y’a-pas-que-les-riches-qui-prennent-les-navions (y’a qu’à voir le nombre de posts moi-je dans les dits forums) …

Car la télé, évidemment a montré, en long, en large et en travers, tous ces malheureux qui attendaient des plombes dans les halls d’aéroport. Et deux phrases, vite fait, sur les conditions de travail des « personnels de sécurité », qui doivent demander l’autorisation pour aller pisser… Du coup, la police (gendarmes et CRS) censés aller les remplacer, se pose des questions, car là, pour le coup, la maison poulaga aussi est « prise en otage »… Et pas forcément par ceux qu’on croit…

Alors, la Caf, à côté de ces hordes de malheureux zotages, franchement, c’est du pipi de chat. C’est vrai, quoi, y’a que les perdants qui font la queue devant les guichets fermés, et ceux-là, ils comptent pas, vu qu’ils ont raté leur vie… Les pauvres, les vrais, ceux qui vivent avec 450 euros par moi, allez hop, sous le tapis, c’est Nowel, on va pas plomber l’ambiance, merde…

Et le pire, hein, c’est que ces salauds de pauvres, contrairement à ce que prétend Laurent Wauquiez, ils sont très nombreux à ne même pas réclamer leur aumone… C’est carrément 5,3 milliards d’aides non distribuées en 2010…

Imaginez, Mamie Zinzin ne pas réclamer son bouclier fiscal ?

Et puis aujourd’hui, rebelote. Le rebelle sioux Daniel Schneidermann nous sort une belle bafouille (mâtinée de déclarations d’amour enflammées à ses asinautes-chéris, vu que les réabonnements, c’est bientôt) sur l’indépendance bafouée de rue 89, vendue au « groupe Perdriel » (marrant, j’ai découvert hier que Perdriel était aussi le patron de SFA, les sanibroyeurs à caca) comme si, au fond, c’était si étonnant que ça. Et se demande (naïvement ?) s’il va continuer à publier son oeuf quinze là-bas. Lui qui écrit aussi dans le journal de couille-molle Demorand (ici, j’ai le droit de le dire), qui appartient, entre autres, au banquier Rothschild…

Merci à Chimulus

Et pour ceux que ça intéresse, un article de Denis Clerc, dans Alternatives Économiques, joliment titré mort aux gueux…

Pour défendre Laurent Blanc

with 7 comments

Bon, tout arrive, vlatipa que vot’ Gavroche va vous parler de foute. C’est carrément un scoupe. Parce que c’est pas vraiment ma tasse de thé, j’dois dire. M’enfin là, scusez du peu, y’a urgence.

En 1998, je bossais dans le métro de Marseille. Et en juin-juillet, notre bonne ville a accueilli des matches de la Coupe du Monde. J’en garde un très chouette souvenir même si, j’vous dis pas le boulot, de midi jusqu’à minuit, au moins. Il fallait distribuer les pass et autres billets à tout ce joyeux petit monde, mais aussi (surtout) assurer leur sécurité, à tous ces fadas. Les quais et les rames de métro ne sont pas extensibles… ! On était tous crevés, mais ravis. Une ambiance du tonnerre de Dieu.

Des milliers de supporters de tous les pays étaient là, les maillots orange pour les Pays-Bas, jaune et vert pour le Brésil… Z’auriez dû voir mes collègues mâles déchainés, quand sont arrivées les brésiliennes. On pouvait plus les tenir, les mecs. Faut dire qu’elles étaient drôlement belles…

Je dois avoir dans mes placards des écharpes, maillots et casquettes de tous ces pays lointains… Nostalgie. Ça va faire treize ans bientôt.

La seule fois où y’a vraiment eu du bordel, c’est quand les hooligans britiches sont descendus dans les rues de Marseille pour casser du bougnoule, comme à leur habitude.

La place près du Stade Vélodrome était quasiment couverte de bouteilles de bière et autres, à dix heures du matin. Ceci explique peut-être en partie cela. Bref, évidemment toute la banlieue colorée est descendue des banlieues pour défendre les siens. Sous l’oeil torve des céeresses, qui n’ont bougé que quand nous lui avons demandé (en gueulant) d’aller enfin séparer les combattants (le Randalounet était aux premières loges, il filmait tout ça pour la télé régionale)

Des bons aryens bien blancs, quoi

Bref, à l’époque, c’était Laurent Blanc le capitaine de l’équipe de France. Vous savez, la fameuse équipe black-blanc-beur qui a gagné la Coupe du Monde cette année-là. Il était aussi le capitaine de l’Ohème. Et Laurent Blanc, ben, c’est mon pote, je l’aime Laurent Blanc.

Ce gars-là avait participé à l’époque à une campagne de pub pour la Régie des Transports de Marseille. Il avait gratuitement donné son image de capitaine de l’Equipe de France, où il disait « agresser un chauffeur de bus, c’est carton rouge »…

J’ai donc lu la retranscription de Mediapart, qui a l’amalgame quelque peu facile, pour le moins… Et à mon avis, au lieu de taper sur les fouteux pour de bonnes raisons (le fric, et les magouilles), les gars de Médiapart ont chié dans la colle, ils feraient bien de dépister le racisme là où il est. Au gouvernement.

Parce que Madame Jouanno, elle ferait mieux de s’indigner des propos du machin qui nous sert de roi, et de la clique de courtisans qui l’entoure.

Parce qu’à force de voir du racisme là où il n’y en pas, ben il peut pousser tranquillement partout ailleurs, sans que personne ne moufte.

Et pis, tiens, Daniel Schneidermann a pondu un excellent article. Et pour une fois, merdalors, je suis entièrement d’accord avec lui. Dingue, non ?

Written by Gavroche

1 mai 2011 at 13 h 33 min

Consomme et ferme ta gueule !

with 5 comments

Je vous parlais l’autre jour de l’immonde expulsion des roms sur le parking d’un hypermarché Leclerc, à Nantes. Par un petit chef, et ses gros bras, quinze face à quelques gamins affolés.

Faut dire aussi que le p’tit chef en question a des antécédents :

Les étrangers n’ont aucun droit dans la maison Leclerc, sauf celui de bosser, et de se taire…

Dans mon précédent papier, vous avez pu lire les commentaires des articles de la presse du coin au sujet des « pas comme nous ». Gerbatoire, hein ?

Et bien, ces simples gens, comme ce « brave homme » dont je vous parlais récemment, ouvertement antisémite, ces gens sont les français d’aujourd’hui. En tous cas l’écrasante majorité, hélas. Des résignés, des pleutres, des couilles molles, des gros cons racistes. Et n’allez pas me raconter que c’est une question d’éducation, ou d’information. Personne n’est obligé de s’informer seulement à la télé, et internet n’est pas fait pour les chiens. Quand on veut l’info, on la trouve. Sophia Aram a raison. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, comme disait l’autre. Les électeurs du bas du front ne sont pas des humanistes sensibles, de pauvres gens en colère et très malheureux de ne pas pouvoir remplir leur caddie chez Leclerc, mais des gros cons. Point barre.

Lire le reste de cette entrée »

Gaz de schiste : infos, liens, vidéos, mobilisations etc…

with 12 comments

Fin décembre l’ami FredB/Cremedecanard/Misanthrope donne l’alerte sur un forum d’@si http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?3,1129845,1129910#msg-1129910

J’ai compilé avec l’aide de quelques-uns les infos et liens et les vidéos sur le sujet et la mobilisation qui s’est créée sur un forum privé, il m’a semblé utile de le mettre ici pour que ce soit accessible au plus grand nombre, même si la profusion de liens fera que peu de gens cliqueront sur tous.

Lire le reste de cette entrée »

Humanisme

with 9 comments

Stéphane Hessel et son livre ont provoqué la polémique, non au sujet de ses prises de position sur Gaza, par exemple, étrangement ignorées des médias, (à part les habituels afficionados de l’Etat d’Israël, forcément démocratique, forcément juste) mais parce qu’il a dit qu’il était socialiste. Et qu’il voterait dans ce sens en 2012.

Alors, évidemment, on lui a reproché d’être quelque peu incohérent. Prôner la nationalisation des moyens de production, de l’énergie, des banques, se réclamer du Programme du Conseil National de la Résistanceet voter pour Dominique Strauss-Kahn, le patron du FMI, qui « serre le kiki » des peuples européens (dixit Mélenchon, je reconnais que ça m’a fait rire), effectivement c’est difficile à comprendre.


Sauf que finalement, Stéphane Hessel s’en est assez bien expliqué dans l’émission Dans le texte, présentée sur Arrêt sur Images, par un Daniel Schneidermann inattendu, et il faut bien le dire, plutôt meilleur que bien de ses collègues dans l’exercice de son métier.

L’histoire de Stéphane Hessel, sa famille, son métier de diplomate, son vécu, l’ont évidemment influencé dans le sens de la social-démocratie, qu’il revendique d’ailleurs haut et fort. La peur du totalitarisme, et des dictatures. Qu’il a vécu de très près.

Stéphane Hessel est donc un homme de convictions. Mais à mon avis, il ne faut pas oublier que cet homme-là vient aussi d’une autre époque. Une époque où être de gauche avait un sens, était porteur de valeurs humanistes, où les hommes politiques avaient encore le sens du « bien commun ». Des idéalistes.

Lire le reste de cette entrée »