LES VREGENS

Posts Tagged ‘Caroline Fourest

A propos de « l’affaire » Tariq Ramadan

with 6 comments

Entendons nous bien. Je n’ai pas de sympathie particulière pour Tariq Ramadan. Je n’ai pas d’avis non plus sur sa culpabilité ou non. Je n’étais pas « dans le secret de son âme », ni surtout pas dans son lit.

Je sais aussi combien il est parfois difficile de « franchir le pas », et d’aller déposer plainte au commissariat, surtout quand on sait comment les femmes victimes de viol y sont généralement reçues, et leur parole assez systématiquement mise en doute.

Je le précise quand même, au cas où d’aucuns auraient des doutes.

Bref, cette « affaire » n’est pas ma préoccupation principale, mais la justice de mon pays, si.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

6 juin 2018 at 14 h 06 min

Insécurité … sociale

with 5 comments

Ce matin, j’écoutais France Inter.

Et notamment, les trois chroniqueurs invités, pour parler des prochaines élections présidentielles, en l’occurrence, Jean-Marie_Colombani (actuellement patron de Slate, et je découvre qu’il fait partie du club le Siècle), Dominique Reynié (politologue, libéral, évidemment et … « proche de l’UMP ») et … (pardon d’avance à Mona, si elle me lit) Caroline Fourest. No comment en ce qui la concerne, je ne voudrais pas qu’on m’accuse de « cracher » sur la dame.

Pour prouver que (quand même) je ne raconte pas de craques, vous pourrez juger par vous mêmes et écouter ce machin ici.

Ces gens de bonne compagnie discutaient donc gentiment sur le futur meeting de François Hollande (honnêtement j’ai oublié où) et sur les futures élections.

Selon ces gens, de toutes façons, c’est la crise, et on ne peut pas faire grand chose (Colombani), la gauche étant faible dans les intentions de vote (Reynié), il faut surtout que notre ami Hollandréou appuie sa « campagne » sur « battre Sarkozy  » (a priori, c’est déjà le fond de son « programme ») et qu’il « se mette en scène« , qu’il prenne « une posture de capitaine » (Fourest). Sans préciser capitaine de quoi. La politique comme spectacle…

Selon ces gens, les « classes populaires » votent FN, à 39 % (ils s’appuient sur un sondage IFOP).


Et la question est posée : « les classes populaires » sont-elles « la clé du scrutin » ?

Pas vraiment, le véritable arbitre de cette élection, ce sera « le centre » (Colombani). Et de toute façon, la « classe populaire n’existe plus », parce que « les employés se considèrent comme faisant partie de la classe moyenne. » « Les catégories socio-professionnelles que nous connaissions sont obsolètes ». (Reynié). Les gens veulent de la « modération ».

Les ouvriers, eux, « naissent dans une culture d’extrême droite » (Reynié, toujours), et donc, les points importants pour les conquérir sont : lutter contre la précarité, leur donner un meilleur statut, logement, pouvoir d’achat, santé, et … immigration et sécurité (encore Reynié). Parce qu’à la fin des fins, les ouvriers se sont rendu compte que « la gauche n’a pas su les protéger »… (toujours Reynié).

Fourest : chez les classes populaires, vient en premier l’abstention, puis le vote FN. Les membres d’EELV eux, sont des « bobos » … Et « tout le monde doit penser à ceux qui souffrent le plus de cette crise ».

Nos bons experts, si loin des préoccupations du bas peuple, qui ne vont jamais « au-delà du périph » savent malgré tout de quoi ils parlent…

Reynié, approuvé par Fourest : « ce qui manque à Mélenchon » – en précisant qu’il n’est qu’à 8 % d’intentions de vote, selon les sondages – pour séduire les « classes populaires », « c’est la xénophobie. »  

Au-delà de ce que je ressens dans ce discours comme un total mépris de classe, et là pour le coup, vraiment comme un « crachat », moi, en discutant avec les vrais gens de la France d’en bas, je n’ai pas constaté du tout la haine de l’autre.

La propagande s’intensifie, mais elle marche de moins en moins bien. Dans les jités du service public, et ça se vérifie tous les soirs, les sondages donnent les chiffres : UMP, PS, Modem et FHaine. La démocratie selon les médias … Le FDG est systématiquement absent. Il n’existe pas pour les journaleux. Pourquoi, à votre avis ?

Sauf que les vrais gens de la France d’en bas ne sont pas aussi cons que ce que croient nos « élites » médiatiques. Ils ne se sentent pas agressés par l’immigré du coin, mais surtout par leurs conditions de vie de plus en plus difficiles. Mémé n’a pas peur que Mohamed lui pique son sac. Il n’y a rien dedans. Elle a surtout peur de crever toute seule dans son coin avec son minimum vieillesse. En insécurité oui, mais en insécurité sociale.

La « politologie » est un sport de combat.

Written by Gavroche

22 janvier 2012 at 14 h 34 min