LES VREGENS

Posts Tagged ‘eugénisme

Un holocauste oublié

with 7 comments

Je suis en train de lire un livre formidable. Les Mémoires d’un rouge, de Howard Fast.

L’auteur, entre autres nombreux ouvrages, de Spartacus.

Il y raconte son parcours, depuis son enfance misérable à New-York, jusqu’à Hollywood et en passant par la case prison pendant la période du maccarthysme, pour le seul crime d’avoir été membre du Parti Communiste américain. Ce livre est aussi et surtout une description fidèle d’une époque.

Dans ce livre, il raconte aussi ses missions comme correspondant de guerre, et notamment en Inde, pendant la Seconde guerre mondiale.

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Le grand supermarché de la reproduction humaine

with 5 comments

Tout s’achète, tout se vend.

La prostitution, bientôt un « métier » comme un autre…

Des « assistantes sexuelles » pour les handicapés.  Ça, ça existe déjà.

Encore un métier comme un autre.

Bientôt des écoles pour les former.

Faut bien faire reculer le chômage. Et se faire réélire.

J’ai même lu ce matin que drogue et prostitution contribuaient au PIB britannique pour plus de 11 milliards d’euros…

Et que bientôt, elles seraient même comptabilisées en Europe…

Y’a pas de petits profits.

Et ce dimanche 5 octobre 2014,  la Manif pour Tous va défiler à Paris et à Bordeaux, paraît-il contre « la marchandisation de l’humain ». En fait, seulement contre la gestation pour autrui (GPA), et la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes.

Sans doute par un heureux hasard, et malgré la récupération du vocabulaire anti-capitaliste et écologiste, la Manif pour Tous n’a jamais protesté contre la marchandisation du vivant avant le mariage gay.

 

gpa

Nicolas Sarkozy : Il faudra inscrire dans la constitution des verrous juridiques pour réserver la PMA aux couples hétérosexuels infertiles et interdire complètement la GPA (…). Jamais je n’accepterai la marchandisation de l’enfant. (Le Figaro Magazine)

Bon, ça, c’est la droite, bien réac.

Mais la « gauche » ? Sans vraie surprise, elle cause strictement comme la droite, ainsi la « gauche » soutient la PMA, mais seulement pour les couples hétérosexuels infertiles. Du PS aux Verts en passant par le Front de gauche, du gouvernement VallsHollande au « Collectif pour le respect de la personne » (CoRP), tous unis pour la PMA et contre la GPA.

Manuel Valls :  Contrairement à la GPA, qui est et sera prohibée parce qu’elle instaure une commercialisation de l’humain, la PMA n’est pas interdite aux couples hétérosexuels rencontrant des problèmes médicaux. Elle n’est en revanche pas ouverte aux couples de même sexe. (…) Nous n’avancerons pas plus loin sur cette question tant que nous n’aurons pas l’avis du Comité consultatif national d’éthique.

Alors, le 7 octobre prochain aura lieu à l’Assemblée nationale une réunion d’information sur « Le marché de la maternité et des enfants », à l’initiative du Corp, qui certes, lance des pétitions contre la pratique des mères porteuses, mais s’abstient de critiquer la PMA. Ce qui lui permet de réunir les signatures de Jacques Testart et de René Frydman, les auteurs de la première fécondation in vitro. FIV sans laquelle aucune GPA n’est possible.

Or, la marchandisation de l’enfant commence bel et bien avec la procréation médicalement assistée.

Dans le supermarché mondialisé de la reproduction humaine, la loi de l’offre et de la demande fixe le cours de l’ovule, du sperme, et des actes médicaux. Un marché de plusieurs milliards de dollars. Chez Cryos Bank, leader mondial, le sperme est livré en 24 heures, moyennant 500 à 2 000 €. Aux États-Unis, un ovule coûte entre 2 500 et 50 000 $, selon les exigences des clients. Des catalogues en ligne offrent un choix de fournisseuses en fonction de critères toujours plus précis. Des centaines de jeunes Françaises vendent leurs ovules chaque année en Espagne. Des milliers de couples pratiquent des PMA dans des cliniques privées d’Espagne, d’Ukraine ou de Belgique.

Et ce marché de la reproduction humaine croît avec l’effondrement de la fertilité. Diminution de la qualité du sperme, augmentation des malformations génitales et de l’incidence du cancer des testicules, troubles de la fonction ovarienne, de l’implantation utérine après fécondation et de la gestation. Des ravages dus à la société industrielle : stress, tabagisme, sédentarité, et surtout empoisonnement par les perturbateurs endocriniens et polluants reprotoxiques (pesticides, hormones de synthèse, PVC, phtalates, bisphénol A). Déjà près d’une femme sur 10 doit recourir à la PMA.

Les pseudo-opposants à la « marchandisation de l’humain » se gardent bien d’énoncer cette évidence : le capitalisme détruit nos facultés naturelles et gratuites pour nous les revendre sous une forme artificielle et payante. Dépossédés de notre capacité à nous reproduire, nous sommes soumis à une technocratie en blouse blanche : médecins, inséminateurs, biologistes et généticiens. La procréation humaine est une industrie soumise à la guerre économique.

D’ailleurs, qui dit fécondation in vitro, dit diagnostic pré-implantatoire (DPI). Les embryons produits par PMA sont testés et triés génétiquement avant d’être implantés. Sur le marché du bébé, l’eugénisme est dans la pipette. Avec le DPI, soyez les designers de votre progéniture : choix du sexe, bilan sanitaire, etc. Au Fertility Institute de Los Angeles, 700 des 800 bébés de riches fabriqués chaque année ont des parents fertiles, avides de choisir leur enfant sur critères génétiques.

Laurent Alexandre, PDG de DNAvision, leader européen du séquençage ADN :  Comment empêchera-t-on des parents de préférer des enfants aux yeux bleus ou plus doués que la moyenne ? L’étude du câblage neuronal du fœtus permettra de connaître les variants génétiques qui favorisent l’intelligence. Les parents pourront être tentés de supprimer les fœtus à potentiel intellectuel limité.

 

transhuman3

Miroslav Radman, directeur de l’unité Inserm « Génétique moléculaire évolutive et médicale », membre de l’Académie des sciences :  Il va bien falloir se poser la question de l’homme transgénique.

L’« homme transgénique », hybridé d’implants technologiques, « augmenté » de facultés nouvelles pour dominer la compétition de tous contre tous, est le projet totalitaire porté par les transhumanistes. La reproduction artificielle de l’humain est l’outil premier de la fabrique de l’Homme nouveau, de cette race supérieure dont ils espèrent accoucher.

Avec la généralisation du diagnostic pré-implantatoire, les inégalités économiques se doublent d’inégalités biologiques. Les riches profitent des meilleurs outils de sélection ; les pauvres seront les chimpanzés du futur. Les militants de gauche réclameront sûrement un service public de l’eugénisme pour toutes et tous, comme ils défendent déjà une « GPA éthique et responsable ». Des bébés labellisés « commerce équitable ».

Peut-il y avoir une croissance infinie dans un monde fini ? Avons-nous besoin d’enfants à tout prix ? Faire des enfants est-ce un droit ? Une obligation ? Ne pourrait-on pas tout simplement adopter des enfants orphelins ? Y compris des enfants bronzés, aux yeux noirs, des enfants malades, des enfants « pas normaux » ?

Le monde de demain sera t-il encore plus qu’aujourd’hui composé d’humains de seconde zone ?

Pour les transhumanistes, l’humain n’est plus qu’une erreur que la technologie corrige.

Lien sur l’article source, signé Alexis Escudero et l’excellent site Pièces et main-d’oeuvre