LES VREGENS

Posts Tagged ‘Gérard Mordillat

Plan d’eau et pellicule

with 5 comments

À mi-chemin entre Montpellier et le Larzac, il y avait une petite vallée au fond de laquelle coulait un ruisseau, le Salagou.

Aujourd’hui la vallée n’existe plus, elle a été recouverte d’eau suite à la construction d’un barrage à la fin des années soixante. Je me souviens de cet évènement, on en voyait des images à la télé, avec les vignes, des arbres et des maisons qui étaient peu à peu ennoyées.

Avant

Après

Lire le reste de cette entrée »

Written by alainbu

13 décembre 2011 at 19 h 27 min

Avoir toujours vingt ans, ou au moins, essayer ?

with 4 comments

Quand j’avais vingt ans, j’y croyais, tout était possible. Le grand soir, quoi, un monde meilleur, plus juste, plus humain.

Ben oui, tout le monde n’a pas la chance d’avoir des parents communistes, n’est-ce-pas, avec tout ce que cela comporte d’avantages et d’inconvénients…

Je me rappelle, mon entrée en sixième, dans le lycée de Gabrielle Russier… à Marseille, je me rappelle mes premières manifs, à l’automne 68 et au printemps 69, avec les potes de l’l’Union Nationale des Comités d’Action Lycéens…

J’avais 13 ans.

Lire le reste de cette entrée »

Histoires de vrais gens …

with 4 comments

En ce moment, chômage « oblige » (ou merci à la solidarité nationale qui me paie à rien foutre, sans doute plus pour très longtemps, je sais), je lis beaucoup… Je n’arrive que péniblement à lire des romans. Peut-être inconsciemment, je me dis que « je n’ai pas le temps ». Donc, merci au passage pour les fiches de lecture postées par les autres vrais gens…

Alors je lis Naomi Klein (la Stratégie du Choc, et on voit combien ce livre est d’actualité) Chomsky, Monique Pinçon (Le président des riches) … Pas très gai, je vous l’accorde.

Mais quand même. Parfois, je me laisse aller… Besoin d’air, sans doute.

Chez Actes Sud

J’ai donc (re)lu un livre magnifique « Je pensais que mon père était Dieu et autres récits de la réalité américaine ».

C’est une anthologie composée par un de mes écrivains amerlocains préférés, Paul Auster. De petits textes, écrits par de vrais gens, comme vous, comme moi. 172 histoires racontées par des hommes, des femmes, jeunes, vieux, noirs, blancs, pour le « National Story Project », et l’émission de radio « Week End All Things Considered »…

Paul Auster explique : J’ai expliqué aux auditeurs que je cherchais des histoires. Elles devaient être vraies, elles devaient être brèves, mais il n’y aurait aucune restriction quant aux sujets ni au style. Des histoires non conformes à ce que nous attendons de l’existence, des histoires vraies aux allures de fiction… Avec leur aide, j’espérais constituer des archives véridiques, un musée de la réalité américaine.

En voici une :

Un jour à Higley

Un jour, quand j’étais jeune expert comptable, je rendis visite à un client près de Higley, en Arizona. Pendant que nous parlions, nous entendîmes gratter à la porte, et il me dit : « Regardez ça ». Il alla ouvrir la porte et un lynx de bonne taille entra. Mon homme l’avait trouvé tout juste né, dans un champ de luzerne, et depuis lors, l’animal faisait partie de la famille. Aussitôt qu’il eut ouvert la porte, le chat courut à la salle de bains et s’accroupit sur le cabinet pour « faire ses besoins ». Quand il eut fini, le lynx sauta à terre, se dressa sur ses pattes de derrière, et tira la chasse.

Elle est signée Carl Brooksby, illustre inconnu, de Mesa, en Arizona.

Lire le reste de cette entrée »