LES VREGENS

Posts Tagged ‘justice

Madame Borloo et la télé poubelle

with 5 comments

Moi qui ne regarde pas souvent la boîte à conneries, mardi soir je suis tombée (le mot est juste) sur une émission de télé poubelle, télé caniveau, télé décharge, ou télé fosse septique. Au choix. C’était sur le « service public » (si, si …!) à 20h35, sur France 2, et c’était présenté par Mâme Borloo, alias Béatrice Schönberg… Et en « prime taïme », s’il vous plaît… Même pas un avertissement pour déconseiller ce machin aux plus jeunes, le CSA ne va quand même pas enquiquiner une femme de ministre…

Vous ne le savez peut-être pas, mais il paraît que Drucker et Ruquier ont annoncé récemment , en bons démocrates qu’ils sont, qu’ils n’inviteraient pas Marine Le Pen dans leurs émissions … Faire l’apologie de la dégueulasserie, pas question.

Faut dire que franchement, quand on a vu l’émission de mardi, c’est pas la peine d’inviter la fille du borgne, parce que Mâme Schönberg la remplace avantageusement. Et cette émission trash est produite par un certain Emmanuel Chain, l’homme aux gros sourcils, propriétaire de la boîte de prod « Elephant et Cie », spécialiste de télé-crapoteux, et accessoirement, membre du fameux Club « le Siècle ». Lui aussi, ce brave homme, est bien de son époque pourrave.

Le titre de l’émission, c’était ça : « Face à l’injustice, des hommes et des femmes hors la loi. » Et la désobéissance civile façon Schönberg, voilà ce que ça donne : « Nous parlons ce soir de ces hommes et de ces femmes qui se mettent hors la loi. Ils ne le font en fait ni par choix, ni par vengeance mais par nécessité… »

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

11 novembre 2010 at 16 h 01 min

« Oh la saloooooope ! » (Daniel Gélin in « La vie est un long fleuve tranquille » d’Etienne Chatiliez)

with 6 comments

A l’origine, je voulais rédiger un billet à propos de « Katiba » le dernier roman de Jean-Christophe Rufin, dont je viens d’achever la lecture, mais l’actualité m’a rattrapé ce matin au petit déj. Lorsque j’ai entendu la nouvelle de l’appel de la Proc du Parquet de Bobigny dans l’affaire de Clichy sous bois, contrariant le renvoi en correctionnel des deux policiers incriminés, demandé par deux juges d’instruction du même tribunal de Bobigny, ça m’ a échappé, en même temps que ma tartine au miel : « Oh la salope ! » que j’ai crié, la voix étranglée d’indignation.

Comme je ne suis pas encore vraiment calmé et qu’en plus c’est quasiment le 5e anniversaire de la mort tragique de Zyed et Bouna, j’ai décidé de vous faire une fiche sur le livre de Claude Dilain, maire de Clichy sous bois depuis 1995, livre paru en 2006 (soit un an après le drame du transfo et les émeutes qui ont suivi) intitulé simplement « Chronique d’une proche banlieue ».

Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

26 octobre 2010 at 17 h 54 min

Assez joué, on rentre à la maison…

with 6 comments

Ben voilà, c’est fini… La fin de la récré. Ou celle des haricots.

Désormais, les étudiants sont seuls en scène pour défendre les retraites, à l’appel de l’Unef. Et je vous fiche mon billet (d’humeur) que la journée de manifs et de grèves de jeudi sera la dernière.

Même si les syndicats étudiants y croient encore.

Plus vraiment de facs bloquées, mais une « multiplication des actions conjointes salariés-étudiants », comme des opérations péages gratuits, ou des relais de jeunes dans les sites industriels bloqués.

D’ailleurs, l’Unef communique désormais plutôt sur les assemblées générales d’étudiants, qui votent des journées de grève qui coïncident avec les journées de mobilisation interprofessionnelle. Une grève par ci, une manif par là… Comme avant, comme d’habitude.

L’Unef n’appelle d’ailleurs plus à des manifestations, mais simplement à des sit-in devant les locaux de parlementaires, de l’UMP ou du Medef, à des rassemblements et à des « opérations coups de poing », sans plus de précision…

Et c’est pareil côté syndicats « professionnels »…

A Marseille, FO a voté hier l’arrêt de la grève du nettoiement « pour éviter une dégradation de l’hygiène et des risques d’incendies »… Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

26 octobre 2010 at 15 h 45 min

Le sarkozysme, la droite-extrême et l’extrême-droite

with 4 comments

Tous dans la rue le 4 SEPTEMBRE, pour défendre notre devise :

Liberté, Egalité, Fraternité

Bon sang, j’ai pas arrêté d’écrire, vous allez me dire que je vous gonfle, mais il FALLAIT que vous lisiez cet article de Serge Portelli, vice président au Tribunal de Paris, doyen des juges d’instruction à Créteil…

Il a écrit pas mal de bouquins sur la récidive, la maltraitance des enfants, et la réforme de la justice…Il est aussi membre du syndicat de la magistrature.

C’est moi qui ai surligné en gras les phrases qui m’ont marquée …

Qu’il est réconfortant ce premier tollé contre les derniers projets du pouvoir! Premier, puisqu’il faudra nécessairement que nos voix se fassent entendre plus fortement encore pour défendre les valeurs de la République, le 4 septembre prochain. Mais quelle naïveté chez ceux qui y voient un “dérapage”, une “outrance”, une pure opération électoraliste, une manoeuvre de diversion destinée à conquérir des voix du Front National. À croire qu’ils n’ont jamais vraiment lu ni écouté les discours dont nous sommes pourtant abreuvés depuis quelques années. Aucune des mesures qui nous font frémir ou nous soulèvent le coeur n’est le fait des circonstances. Il n’y a ni exagération ni infléchissement, ni même durcissement d’une ligne politique. Nous sommes dans le droit fil de l’idéologie sarkozyste dont beaucoup s’obstinent encore à nier l’existence et dont l’actuel président de la République n’est jamais que le principal, mais provisoire porte-parole.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

8 août 2010 at 18 h 49 min

Berlusconi impliqué dans le meurtre des juges Falcone et Borsellino ?

with 3 comments

On n’en a pas vraiment entendu causer…

Chez nous, on a notre « mètre à tous »,  et même notre « mètre et talons », et bien en Italie, c’est encore plus gratiné :

Les journaux L’unita et Il Fatto Quotidiano ont accusé ces derniers jours, le président du Conseil italien et son bras droit d’avoir commandité l’assassinat des juges Falcone et Borsellino et d’avoir trempé dans les massacres de 1993…


Et tout ça, juste au moment où Gianfranco Fini, l’ancien bras droit de Silvio Berlusconi, ancien leader du mouvement d’extrême droite MSI, mais aussi président de la Chambre des Députés, part en guerre contre son ancien allié. Comme par hasard…

Et donc, pour la première fois, la presse (de gauche, si, si, il en reste un peu) italienne fait état de l’une des accusations les plus graves portées à l’encontre de Silvio Berlusconi.  Il serait carrément soupçonné d’avoir commandité l’assassinat des juges Falcone et Borsellino, deux légendes de l’histoire italienne.

L’Unita, dans son édition du 3 août, écrivait que les responsables des massacres de 1993, répertoriés sous les noms de code « auteur 1 » et « auteur 2  » correspondaient, en fait, au sénateur Marcello Dell’Utri, et au Premier Ministre Silvio Berlusconi. Quelques jours plus tard Il Fatto Quotidiano, un journal sicilien, reprenait à son compte ces révélations.

Après 17 ans d’enquête (quand même, et on parle des lenteurs de la justice chez nous), le parquet de Florence aurait établi dans un dossier que les deux hommes avaient non seulement une part de responsabilité dans l’explosion des bombes qui avaient endeuillé Florence, Rome et Milan en 1993, mais aussi dans l’assassinat des juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino.

L’Unita affirme que le parquet a retenu le délit de massacre à l’encontre du sénateur Dell’Utri et de Silvio Berlusconi, établi par l’article 422 du code pénal italien.  Et le journal assure que les substituts qui mènent cette enquête, mènent leurs investigations à l’encontre du sénateur et de Silvio Berlusconi.

Les juges de Florence auraient obtenu, pour étayer leur dossier d’accusation, des aveux d’un tueur repenti qui aurait déclaré ceci en juin 2009 : « Les frères Graviano, boss de Brancaccio, m’ont dit que nous n’étions pas responsables des attentats de Florence, de Milan et de Rome car c’était du terrorisme. Mais ils m’ont dit qu’il fallait les revendiquer, car ainsi on ferait bouger ce qui devait bouger ». Puis, il détaille la rencontre du de janvier 1994, dans un bar de la Via veneto à Rome  : « Giuseppe Graviano m’a dit que nous avions obtenu tout ce que nous cherchions. Il me parla de Berlusconi et de Dell’Utri : avec eux nous avions le pays entre nos mains ».  Les frères Graviano ont confirmé l’existence de cette rencontre.

Accusation gratuite d’un ancien malfrat, ou première pierre d’un dossier qui est en train de se constituer et qui le fera irrémédiablement tomber,  Silvio Berlusconi va devoir gérer cette affaire comme les généraux algériens ont dû le faire lorsqu’ils ont été accusés d’être co-responsable des massacres commis par le GIA. Il est donc désormais soupçonné d’être  impliqué dans des attentats terroristes.

A la différence de la télévision italienne,  la presse écrite, comme L’Unita, La Repubblica, ou La Stampa ne lâchera pas l’affaire, car les juges Falcone et Borsellino sont des icônes nationales, que l’on vénère partout, et ça, quelle que soit son appartenance politique.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

8 août 2010 at 15 h 03 min