LES VREGENS

Posts Tagged ‘libéralisme

L’arnaque de la dette

with 6 comments

Prenez quelques mythes tellement bien ancrés qu’on les prend pour des histoires vraies. Secouez, recomposez, arrosez de sources abondantes piochées aux quatre coins de l’histoire et de la géographie, ça donne Debt : the first 5,000 years de David Graeber.

 


Lire le reste de cette entrée »

Written by florence

2 avril 2012 at 0 h 10 min

Publié dans économie

Tagged with ,

les cultures périphériques

with 5 comments

oui, je sais, on est très occupés. MAIS

mais il en faut combien de moines et de moniales qui se foutent le feu pour qu’on commence à bouger nos culs ? peu importe ce qu’on pense des théocraties, du dalaï-lama, du bouddhisme, on SAIT que l’occupation et la sinisation du tibet sont absolument terrifiantes, que c’est un rouleau compresseur sur une culture à la fois périphérique, fragile, archaïque et douce, que c’est INJUSTE, que c’est le même rouleau compresseur du capitalisme le plus effrené sur TOUTES les cultures périphériques, fragiles, archaïques (bien que pas toujours douces) et que ça doit s’arrêter. STOP à l’occupation chinoise au tibet, STOP à la torture, STOP à la destruction d’une culture, d’une civilisation, d’une religion, d’une manière d’être et de vivre. si on défend les loups dans le mercantour, les bébés phoques, et même si on s’en fout, ça, ça doit s’arrêter. soutenez le tibet, parce qu’un jour (mais même si ce n’était pas le cas, d’ailleurs) NOUS serons une culture périphérique, fragile, archaïque (bien que pas toujours douce). c’est notre peau que nous défendons, en défendant les tibétains. et en tout cas c’est notre honneur que nous défendons en protestant contre ce qui est en train de se passer au tibet.

http://www.freetibet.org/

un mec s’immole en tunisie, une révolution éclate, 30 moines et moniales s’immolent en 2 mois. .. pas assez ? merde, c’est pas parce qu’ils sont moines qu’ils ne sentent rien et sont contents. les chinois cognent contre ces gens désarmés et écrasés de toutes les manières possibles, physiquement, économiquement, psychiquement, ils y mettent leurs déchets et leur pillent leurs terres, et on fait rien, on dit rien, méluche a l’air de manger du caca quand il parle du dalaï-lama, et on attend que ça passe…

à lire une série de polars qui se passent au tibet, ce sont en plus de bons polars, et peu importe que le mec soit américain, il pourrait même être de la cia, ce qu’il raconte, même si le quart est vrai, est tout simplement tragique :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Eliot_Pattison

 

PS : je recopie ma 2ème phrase : peu importe ce qu’on pense des théocraties, du dalaï-lama, du bouddhisme, on SAIT que l’occupation et la sinisation du tibet sont absolument terrifiantes. et là on/je parle d’occupation territoriale, d’un état souverain envahissant un autre état souverain, de l’irak envahissant le koweit, de l’allemagne envahissant la pologne, de rome envahissant la grèce. exemples parmi d’autres. pas de l’exploitation et la destruction de l’homme par l’homme via des gros dollars. qui est tout aussi mais pas plus pernicieuse. mais on ne fait pas un concours d’atrocités, il me semble, ou si ? je parle de la grèce, on me parle de la france, je parle du tibet, on me parle du nigéria… stop.

le dalaï-lama est le chef religieux, mais également le chef politique des tibétains donc le chef du gouvernement en exil. de plus, à la suite des réformes annoncées par le dalaï-lama la même année, le 20 août 2001, samdhong rinpoché a été élu (puis réélu en 2006) premier ministre du gouvernement tibétain en exil, élu au suffrage direct par les tibétains exilés. puis lobsang sangay a été élu premier ministre le 27 avril 2011, toujours du gouvernement tibétain en exil. si le dalaî-lama n’est pas élu, mais désigné, comme chef du gouvernement 1) la situation est actuellement la même en grèce, en italie 2) les autres membres du gouvernement sont par contre élus.

c’est une théocratie, mon âme d’athée a des spasmes, mais ça n’empêche : certains processus démocratiques sont en cours même chez les tibétains, et même plus qu’en chine, et, que je sache, les tibétains ne pratiquent pas la torture, l’emprisonnement des opposants, la peine de mort à large échelle (avec balle de pistolet remboursée par les familles des condamnés), la destruction et la pollution de l’environnement, l’exploitation et le pillage à très large échelle des ressources en eau, minérales, en terre, en terres rares, l’utilisation éhontée et débridée de la force pour juguler les résistances, et la croissance économique au prix de la vie humaine comme les chinois le font, non seulement au tibet mais dans le monde entier, afrique comprise.

alors, perso, entre une culture périphérique qui n’a jamais fait de mal à personne, et qui essaie de faire le bien de l’humanité, eh oui (même si on ricane, c’est ce qu’ils cherchent à faire),  et une grosse culture tout à fait dominante politiquement (cf le veto pour la syrie), économiquement, démographiquement (ajouter le nucléaire, l’armée, etc. etc. etc.), en plus hégémonique, qui terrifie ses voisins et expansionniste (tibet…), ben il y a pas photo. et je comprends pas qu’on fasse la fine bouche et qu’on hésite ne serait-ce qu’une seconde.

Jouons à éplucher un oignon

with 9 comments

Il y a quelques jours, un drôle de titre d’article attire mon attention : « L’éléphant blanc de Londres de nouveau mis en vente ». Un « éléphant blanc », c’est un objet de grande valeur dont l’entretien est un gouffre financier, une de ces expressions exotiques que l’Empire Britannique, sur lequel le soleil ne se couchait jamais, comme chacun sait, a offertes à la langue anglaise.

l'éléphant blanc les 4 fers en l'air: Battersea

Lire le reste de cette entrée »

Written by florence

11 décembre 2011 at 17 h 55 min

La stratégie du choc se met en route

with 13 comments

Ce matin, je buvais mon café face à la vallée, et comme toujours, c’est à ce moment là que je réfléchis le mieux au sens de la vie, et du monde. Je suis seule, au calme, avant que tout s’agite autour de moi. Ça doit être ça.

Hier après-midi, j’ai regardé, incrédule, abasourdie, le film Les yes men changent le monde.

Pour moi, c’était tellement grotesque, énorme, démesuré, ridicule, drôle même, si on apprécie l’humour très noir, que je pensais « ce n’est pas possible de croire ça ? »

Eh bien, non. Dans ce film, on voit comment des gens à priori normaux, qui ont comme tout le monde, des enfants, une mère, sont prêts à admettre un risque acceptable… Un squelette, oui, mais doré…

Oui, pour ces gens, chefs d’entreprises, assureurs, grands patrons, quelques morts sont acceptables, du moment que l’humanité progresse. Et leurs bénéfices en parallèle… Bon, les morts seront de préférence des cadavres de pauvres, plutôt que des cadavres de riches, qui coutent plus cher à indemniser…

Alors, évidemment, si on accepte la mort des êtres humains, par avance, vous pensez bien que la misère, les délocalisations, les reculs sociaux, « le grand bond en arrière », on n’en a pas grand chose à secouer non plus …

Alors, aujourd’hui, quand je lis ce qui se passe, partout dans le monde, où les libertés reculent, comme aux Zétazunis, qui vont graver dans le marbre la détention illimitée de gens « soupçonnés » de terrorisme, sans procès, et l’utilisation légale de la torture, où la protection de notre terre mère n’est plus d’actualité, comme au Canada, qui va sortir du Protocole de Kyoto, comme les Zétazunis, qui ont toujours refusé de le signer, comme la Russie et le Japon…

… je me dis que ça y est. Papa Friedman triomphe.

Dans la Stratégie du choc, Naomi Klein parlait de l’Indonésie de Suharto, du Chili de Pinochet, qui à l’époque avaient servi de cobayes, aujourd’hui ce sont les grecs qui s’y collent, et attendant notre tour… La crise est une magnifique opportunité de nous faire avaler cette amère pilule.

Et comme les images valent mieux qu’un long discours :

C’est où qu’on en est ?

with 8 comments

Vous avez dû le remarquer, notre mètre-et-talons fait rien qu’à réécrire l’Histoire. Et croyez-moi, ce n’est pas par hasard. 

Il y a d’abord eu le plateau des Glières, haut lieu de la Résistance, et Jaurès repris en boucle dans les discours… Puis le bon vieux temps des colonies, l’Afrique « pas entrée dans l’Histoire »…

Puis la lettre de Guy Môquet, jeune, très jeune militant communiste, mort en 1941, à 17 ans..

Puis le « parrainage » des enfants morts dans les camps par les écoliers de France…

Et puis, tout récemment, la « décision » du big boss de célébrer « tous les militaires morts pour la France », allez hop, tout ça le même jour : le 11 novembre… Il paraît que les Zétazunis le font déjà, alors, on va faire pareil.

Moi, je pleure sur le sort des malheureux poilus, dont les noms fleurissent par millions sur les monuments aux morts de nos villages, tous morts pour rien, dans une guerre atroce, où ils n’avaient rien à défendre que les intérêts impérialistes des puissants…

Je pleure sur les résistants à l’occupant nazi. Je pleure sur Jean Moulin. Je pleure sur les millions de morts civils de la guerre.

Mais je ne pleure pas sur les militaires de carrière qui ont choisi d’aller en Afghanistan. Ni sur les paras tortionnaires en Algérie. Ni sur les militaires de l’Indochine.

Mais moi, je connais un peu l’Histoire. Et j’ai de la chance.

Lire le reste de cette entrée »

Petit cours d’économie à l’usage des mal-comprenants

with 6 comments

Dont je suis. N’allez pas dire que ça y est, la Gavroche a chopé le melon. Et qu’elle prétend donner des leçons…

Alors, pendant qu’on nous bassine avec les primaires socialistes, car ça y est, nous allons avoir un candidat « président normal » en 2012 …

… comme si le choix du vizir allait changer vraiment les choses, comme si les élections prochaines avaient vraiment de l’importance, les « bâtisseurs de ruines » (comme les appelle Pierre Rimbert dans le dernier numéro de Manière de voir) continuent à œuvrer dans l’ombre.

Lire le reste de cette entrée »

Jean-Claude Michéa – Le complexe d’Orphée : La Gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès

with 11 comments

Décidément, papa Schneidermann m’inspire… Hier matin, dans sa chronique matutinale,  il taclait avec humour ce que les « socialistes » pratiquent depuis trente ans : le retournement de veste. Car les « socialistes » sont comme des caméléons, ils s’adaptent.

Kouchner, Fadela Amara, Stéphane Richard (il paraît qu’il est de « gauche ») ces gens n’ont pas d’honneur … 

Seul Besson n’ira pas voter aux primaires socialistes, on me dit dans l’oreillette qu’il n’ose pas. Pas encore. quoique…

On peut donc assez légitimement se poser la question : y-a t-il vraiment une différence – philosophique – entre la droite et la prétendue gauche ? Cette question se pose d’ailleurs à peu près partout dans le monde. Le « système » qui est en train de nous tuer n’est remis en cause nulle part, en tous cas, pas par les « politiques », qui ne font plus que « gérer » le capitalisme.

Par exemple, saviez-vous que le parti de Madame Tzipi Livni (Plomb durci, bilan 1450 morts palestiniens, dont les deux tiers de civils) fait partie de « l’internationale socialiste ? »

Alors, les gens « s’indignent ». Je vous en avais déjà parlé ici. Et  L’amie Agnès Maillard, sur son blog Le Monolecte,  elle, ne s’indigne pas, elle est comme moi, c’est bien plus que de l’indignation, c’est de la rage, mais aussi de la tristesse, et du découragement. Elle n’est pas la seule. 

Lire le reste de cette entrée »

Ils s’occupent de tout – suite

with 2 comments

Le billet précédent m’a fait tout de suite penser à un article lu il y a quelques jours, qui montre comme au Royaume-Uni aussi, « ils » s’occupent de tout. Ils? Comme l’écrivait Naomi Klein, ce n’est pas du complotisme, juste de la convergence d’intérêts.

Lire le reste de cette entrée »

Written by florence

2 octobre 2011 at 13 h 51 min

Les mots de la crise

with 5 comments

La Migrant Mother de Dorothea Lange, 1936

Le glissement du vocabulaire politique vers le technique a déjà été bien montré, par exemple par Eric Hazan dans LQR, la propagande au quotidien (2006). Mais voici une tribune dans le New York Times qui applique cette analyse plus précisément aux discours sur la crise. Ou plutôt sur les crises, puisqu’il s’agit de comparer les mots de 1934 et de 2010-2011. C’est écrit par des Américains, oui, et pas par des membres d’un groupuscule gauchiste, mais par d’honorables professeurs de science politique et de droit à Yale.

Lire le reste de cette entrée »

Written by florence

25 septembre 2011 at 13 h 22 min

Libye, les vraies raisons…

with 3 comments

Où l’on découvre tout d’un coup que « l’intervention humanitaire » en Libye n’était pas si désintéressée…

Bon, alors, ça y est, Khadafi est parti, en exil, peut-être mort. Les grands démocrates Sarkozy, Cameron et Obama ont finalement eu sa peau. Et le « Conseil national de transition » est désormais reconnu par « la communauté internationale » et par l’ONU comme le seul représentant du peuple libyen.

Malheureux peuple libyen, qui va connaître sous peu des lendemains qui déchantent. Qui va passer de Charybde à Scylla. Comme en leur temps, la Russie, débarrassée du joug soviétique, comme l’Afrique du Sud, où désormais les noirs ont le droit de vote, même s’ils sont toujours aussi pauvres. Et que le vrai pouvoir est resté dans les mêmes mains qu’avant…

Lire le reste de cette entrée »