LES VREGENS

Posts Tagged ‘médiacratie

La couleur de l’argent

with 4 comments

le fric, c'est chic

Une longue suite d’« affaires », voilà à quoi ressemble la « politique » en France.

Sarkozy (enfin) mis en examen (on a enfin trouvé un juge qui s’en charge, il faut dire que Naboléon n’est plus protégé par son immunité), mais qui garde toute son arrogance de nanti, genre Woerth qui disait : « est-ce que j’ai l’air de quelqu’un de malhonnête ? ». Sarkozy, lui, c’est : « est-ce que j’ai l’air capable de piquer les sous d’une vieille dame sénile ? »

« Est-ce que j’ai l’air de … » Voilà leurs « arguments »…

Ben oui, mon vieux, t’en as l’air. Pis la chanson, aussi.

J’avais lu récemment, un billet d’un certain Aphatie Jean-Mimi, qui écrivait (sans rire) :

Personne n’est coupable à priori. Nul n’est tenu de prouver son innocence. Les passions conduisent beaucoup d’entre nous à inverser les facteurs. Se rendent-ils compte que la démocratie, un trésor fragile, repose toute entière sur ces maigres piliers ? Un citoyen ne peut être tenu pour coupable parce qu’il a été, cinq ans dans sa vie, un président de la République énervant. Un ministre du budget ne peut pas être condamné uniquement parce qu’il a mal tenu en laisse une arrogance naturelle renforcée par le paiement de l’ISF.

La France d’aujourd’hui laisse trop libre court à des sentiments que l’on pourrait nommer jalousie, dépit, frustration, bouquet malsain des temps de ces temps de crise qui diminuent les espoirs de progression sociale et de vie meilleure. Il est possible d’expliquer et de comprendre la montée de ces sentiments, dont il faut bien constater qu’ils sont en train d’envahir la scène publique. Mais les laisser prospérer revient à paver le chemin de boue sur lequel piétinent pour l’instant ceux qui tiennent la démocratie pour une faiblesse et les libertés individuelles pour une malédiction.

Les français sont vraiment des bœufs, des jaloux, des frustrés, qui réfléchissent avec leurs tripes, et pas avec leur tête, donc. Et c’est eux, et non les Sarko-Cahuzac et consorts, les malhonnêtes, les profiteurs, les voleurs, les voyous, les bien casés de droite ou de « gauche », qui seraient un danger pour la démocratie… Moi, quand je lis ça, j’ai juste envie d’envoyer le Jean-Mimi un peu casser des cailloux, voyez, et payé avec un demi-smic, voyez…

Lire le reste de cette entrée »

La réforme de la tarte au citron… (si, si, ça existe)

with 6 comments

Juste parce que j’ai pas le moral, et que de temps en temps, c’est bien bon de rigoler un bon coup, ben voilà, j’ai pompé un article sur internet, parfaitement, et tout ça, rien que pour vous faire partager mon éclat de rire, salutaire et roboratif à la lecture du dit article… Et en plus, j’ai pas honte. Na. Et l’auteur de l’article, c’est bien simple, je l’aime, le gars.

Le voilà (l’article, pas le gars) :

Il Pourrait Nous Dire Où Il Était, Jean-Luc Mélenchon, Pendant Que Beria Purgeait ? (Ou S’Il A Zéro Alibi ?)

Tous les samedis : Marianne publie, dans un emplacement de choix, « l’éditorial » de Jacques Julliard. C’est, à chaque fois, un feu d’artifice de l’esprit, et ce n’est pas (du tout) étonnant, car ce réputéditocrate est, d’après l’un de ses vieux complices de mer (qui en est un autre), « incroyablement brillant, sous sa divertissante chevelure ».

Dans son éditorial de ce matin, par exemple, Jacques Julliard (se) demande : « À quoi sert Mélenchon ? »
(Mâme Dupont ?)
Ce n’est pas illégitime : chacun(e) de nous peut très valablement s’interroger sur l’utilité, ici-bas, de ses pair(e)s [1].

Lire le reste de cette entrée »