LES VREGENS

Posts Tagged ‘sciences humaines

Comprendre l’irrésistible ascension du FN… pour mieux la combattre ?

with 9 comments

A ce jour nous sommes encore une majorité de citoyens à ne pas considérer le Front National comme étant « un parti comme les autres », à ne pas être dupe, ni de son ADN d’extrême droite, ni des pulsions fascisantes, anti-démocratiques et anti-républicaines de ses principaux leaders et cadres, actuels comme passés. Et c’est heureux !

Mais le FN avance sur le terrain de l’opinion publique, ses « idées » et même ses propositions se banalisent, choquent de moins en moins… ça nous inquiète, ça nous agace, ça nous divise parfois, lorsqu’il s’agit de trouver la meilleure riposte, la façon la plus efficace de porter la contradiction et de faire tomber le masque de la supercherie, de la démagogie. Plusieurs s’y sont essayés, peu ont réussi à faire reculer cette machine à produire du faux-semblant.

Dans sa livraison de décembre 2013, le magazine Sciences Humaines (n°254) consacre un dossier de six pages au Front National et aux raisons de son ascension, à la rubrique « Comprendre ».

SHn.254

Le magazine présente une synthèse des principales approches, analyses et conclusions que proposent les quelques chercheurs en science politique qui ont récemment renouvelé par leurs études le débat sur le FN et son évolution : « Comment expliquer le succès d’un parti qui s’est toujours situé à la marge du système politique, mais qui entend jouer les premiers rôles dans la compétition électorale ? »

Lire le reste de cette entrée »

Dis-moi qui tu es…

with 2 comments

… je te dirai pour qui tu votes ! C’est le titre et le thème d’un dossier du numéro d’avril 2012 du magazine hebdomadaire « Sciences humaines » (n° 236).

Personnellement, le principal enseignement que je tire de cette synthèse de travaux divers c’est que si l’on ne s’intéresse pas à la politique, malgré tout, et à notre insu, la « science politique », elle,  s’intéresse à nous, citoyens potentiellement votants.

(mode 2e degré « ON ») Quant aux savoirs qu’elle prétend produire, je préfère me dire que je suis un cas trop unique ou trop atypique pour ne pas entrer dans les formules, les équations, les profils, les courbes (qui se croisent ou pas) et les moyennes des experts politologues. Une fois encore, j’ai envie de fredonner cet insolent refrain que chantait le regretté François Béranger  à la face de la société post soixante-huitarde :« Vous n’aurez pas ma fleur / Celle qui me pousse à l’intérieur… » (mode 2e degré « OFF »)

Lire le reste de cette entrée »

Written by Juléjim

25 mars 2012 at 18 h 19 min