LES VREGENS

Archives d’Auteur

La mondialisation heureuse

with 2 comments

L’autre matin, je râlais après les bambous que le précédent propriétaire de notre maison a très imprudemment planté. Il constitue désormais un impressionnant buisson, de trois mètres de haut, qui sert de refuge aux oiseaux, mais aussi aux batraciens qui peuplent le coin, grenouilles de toute sorte, crapauds : un vrai bonheur de voir à la nuit tombée Madame Crapaud, énorme, trimballer M. Crapaud, tout petit, sur son dos.

La preuve…

Des fois, y’a de la concurrence

En ce moment, on a droit tous les soirs à un vrai concert en direct de la mare et de ses alentours.

C’est la joie chez les grenouilles.

Chez les chats aussi, ces salopards, qui jouent avec, même si je hurle quand j’en prend un sur le fait.

Alors, il existe aujourd’hui des variétés de bambous qui ne rhizoment pas, mais mon prédécesseur devait l’ignorer.

Je passe donc mon temps à (essayer) d’empêcher ce satané bambou de se répandre partout, en coupant les rejets, en passant la débroussailleuse, et bientôt, en creusant une tranchée de 70 cm de profondeur quand même, tout autour de ce …. ! de bambou.

Comment limiter les ardeurs d’un bambou envahissant : la galère !

Et hier matin, très occupée à mon boulot d’arrachage de bambous, que vois-je, au ras du sol, horreur : un serpent coupé en tranches ? les tentacules rouges tâchées de noir d’une pieuvre ?

Lire la suite »

Written by Gavroche

16 juin 2017 at 9 h 40 min

Publié dans Ecologie

La classe nuisible

leave a comment »

Ce quelque chose survenu il y a une dizaine d’années nous l’appellerons donc la « disparition des lucioles ».

Pier Paolo Pasolini 1975
– un peu avant sa mort

Cette semaine, j’ai lu le remarquable article de Frédéric Lordon sur le site tout aussi remarquable Lundi matin.

Quelque peu désabusé (comme beaucoup d’entre nous) Lordon évoque cette France macronisée, moisie, frileuse, bref, détestable :

puisqu’il est décidé que tout, absolument tout, est monnayable, même le « lien social » est tarifé…

« la France de Macron » n’est qu’une petite chose racornie, quoique persuadée de porter beau : c’est la classe nuisible.

La classe nuisible est l’une des composantes de la classe éduquée, dont la croissance en longue période est sans doute l’un des phénomènes sociaux les plus puissamment structurants. Pas loin de 30% de la population disposent d’un niveau d’étude Bac+2 ou davantage. Beaucoup en tirent la conclusion que, affranchis des autorités, aptes à « penser par eux-mêmes », leur avis compte, et mérite d’être entendu. Ils sont la fortune des réseaux sociaux et des rubriques « commentaires » de la presse en ligne. La chance de l’Europe et de la mondialisation également.

Car la classe éduquée n’est pas avare en demi-habiles qui sont les plus susceptibles de se laisser transporter par les abstractions vides de « l’ouverture » (à désirer), du « repli » (à fuir), de « l’Europe de la paix », de « la dette qu’on ne peut pas laisser à nos enfants » ou du monde-mondialisé-dans-lequel-il-va-bien-falloir-peser-face-à-la-Russie-et-aux-Etats-Unis.

Lire la suite »

Des niouzes

with 2 comments

Tout va bien, je vais bien

Finalement, ça continue comme avant.

Je regarde plus la télé, j’écoute de moins en moins la radio, j’ai envoyé péter les sites d’infos, quasiment tous complices (vendus au grand Kaaapitâl) et ben malgré tout, j’ai quand même entendu l’aut’matin que :

…vu qu’il y a encore un timbré qui a frappé chez les grands bretons, nos chefs se sont entendus pour sévir très très très fort contre le terrorisme lors du dernier pince-fesses du G7. Du jamais vu, selon les journalistes. En gros, ça s’est borné à demander à fesse de bouc d’arrêter de mettre en ligne des vidéos à la con, ou de les supprimer plus vite qu’avant.

A l’arrivée, ça a donné ça :

« Le G7 appelle les fournisseurs d’internet et les réseaux sociaux à accroître substantiellement leurs efforts pour résoudre le problème des contenus terroristes. »

Une manière de refiler du boulot à Zuckerberg et à ses potes. Ça s’appelle « anticiper », y paraît.

Une manière de pouvoir continuer à vendre des engins de mort aux mêmes, genre l’Arabie saoudite.

Leurs guerres, nos morts.

Une manière aussi d’utiliser la maison poulaga à d’autres tâches, autrement plus essentielles, genre les coups de latte aux éventuels manifestants, bougnoules (ça défoule, et tout le monde s’en fout, on n’est pas concernés) et autres anarchistes-casseurs, bref de contrôler la colère qui gronde un peu partout. Ce qui est bien pratique…

Pour le climat, on attendra. Comme d’hab. On va pas quand même pas emmerder les copains qui font du bizenesse (voir plus haut).

Et sinon, dans l’ancien pays de la révolution française devenu république banano-macronière, notre premier sinistre a déclaré y’a deux jours que « ce sont les électeurs qui décideront » si le dénommé Ferrand mérite d’aller au gnouf.

Le Parquet, lui, est occupé ailleurs, à traquer les gens qui aident les migrants. Ou les migrants eux mêmes. Par exemple.

Je suggère d’ailleurs de fermer le ministère de la justice, avec tous ces fonctionnaires qui glandent à longueur de journée, ça fera des économies. Ou du pognon pour les députés, histoire qu’ils continuent à s’abstenir (certains « frondent », quels coquins) quand d’aventure un projet de loi leur sera soumis. Si par hasard, des fois, un frémissement de « démocratie » (rires) apparaissait (par miracle) dans les tuyaux. Juste comme ça, une fois en passant …

Sinon, tout va bien, je vais bien. Fait beau et chaud (ou lycée de Versailles) et tout ça…

Written by Gavroche

28 mai 2017 at 9 h 09 min

Publié dans Actualité en France

Et maintenant ?

with 2 comments

En 68, le slogan, c’était ça :

En 2017, c’est plutôt ça :

Parce que voilà, le bon peuple est allé jouer le rôle pour lequel il était programmé : élire celui qu’on lui avait désigné comme le sauveur, face à la menace « fasciste ». Le désormais célèbre et toujours d’actualité « votutile ». La fonction « barrage » a été activée, et elle a parfaitement fonctionné.

Comme le dit si bien un de mes amis, plutôt que le fascisme camembert-saucisson-pinard, on a « choisi », le fascisme caviar-champagne, et je rajouterais CAC40.

Lire la suite »

Written by Gavroche

8 mai 2017 at 18 h 01 min

Les vraies statistiques du premier tour

leave a comment »

Adresse aux partisans du barrage…

Les suffrages exprimés

En 2012

Lire la suite »

Written by Gavroche

7 mai 2017 at 9 h 51 min

Ouf !

with 10 comments

Dans une prochaine vie, je me recyclerais bien politologue, ou Madame Irma (ce qui, je vous l’accorde, revient à peu près au même) vu la teneur (et la conclusion) d’un de mes derniers billets.

Comme dans La quatrième dimension, ou comme dans Les Guignols, « vous pouvez éteindre la télévision et reprendre une activité normale. »

Parce que, ça y est, enfin, selon les médias en folie en tous cas, on a enfin un présidu. Enfin un chef. Un truc, quoi. Un pantin pour habiter l’Elysée.

Parce que, même en râlant, tout le monde va bien sagement y aller, pour « faire barrage ». Quitte à recommencer dans cinq ans, mais bon …

Lire la suite »

Written by Gavroche

27 avril 2017 at 11 h 09 min

Publié dans Actualité en France

Tagged with

Le grand barnum de la campagne électorale

with 2 comments

La politique n’est « que le règne de la feinte et de la manigance » Dans un entretien exclusif, Julien Coupat et Mathieu Burnel, deux membres du groupe de Tarnac portent un regard ironique sur la campagne présidentielle, un « cirque qui a assez duré ».

Le Monde, 20 avril 2017

Quel jugement portez-vous sur la campagne présidentielle ?

Quelle campagne ? Il n’y a pas eu de campagne. Il n’y a eu qu’un feuilleton, assez haletant à vrai dire, rempli de rebondissements, de scandales, de tension dramatique, de suspense. Beaucoup de bruit, un peu de fureur, mais rien qui soit à même de percer le mur de la perplexité générale. Non qu’il manque, autour de chaque candidat, de partisans diversement fanatisés tournant en rond dans leur bulle virtuelle. Mais ce fanatisme même ne fait qu’ajouter au sentiment d’irréalité politique.

lundi-amlocalcache-vignettesl700xh934pasdepresidentielles-5de77-4bf9b806a37601899765a395c29f86321bebff67

Un graffiti, laissé aux abords de la place de la Nation par la manifestation du 1er Mai 2016, disait : « Il n’y aura pas de présidentielle. » Il suffit de se projeter au lendemain du second tour pour s’aviser de ce que ce tag contenait de prophétique : quel qu’il soit, le nouveau président sera tout aussi fantoche que l’actuel, sa légitimité à gouverner sera tout aussi introuvable, il sera tout aussi minoritaire et impotent.

Cela ne tient pas seulement à l’extrême usure de la politique, au fait qu’il est devenu impossible de croire honnêtement à ce qui s’y fait et à ce qui s’y dit, mais au fait que les moyens de la politique sont dérisoires au regard de la profondeur de la catastrophe en cours.

Que peut la politique et son univers proclamatoire quand s’effondrent concomitamment les écosystèmes et les subjectivités, la société salariale et l’ordre géopolitique mondial, le sens de la vie et celui des mots ? Rien. Elle ne fait qu’ajouter au désastre. Il n’y a pas de « solution » au désastre que nous traversons. Penser en termes de problèmes et de solutions fait précisément partie de ce désastre : ce n’est qu’une manière de nous préserver de toute remise en question sérieuse. Or ce que l’état du monde met en cause, ce n’est pas seulement un système politique ou une organisation sociale, mais une civilisation, c’est-à-dire nous-mêmes, nos façons de vivre, d’être, de se lier et de penser.

Les bateleurs qui montent sur des estrades pour vanter les « solutions » qu’ils se font fort de mettre en œuvre une fois élus, ne parlent qu’à notre besoin d’illusion. A notre besoin de croire qu’il existerait une sorte de changement décisif qui nous épargnerait, qui nous épargnerait notamment d’avoir à combattre. Toutes les *« révolutions » *qu’ils promettent ne sont là que pour nous permettre de ne rien changer à ce que nous sommes, de ne prendre aucun risque, ni physique ni existentiel. Ils ne sont candidats qu’à l’approfondissement de la catastrophe. De ce point de vue, il semble que chez certains le besoin d’illusion soit impossible à rassasier.

Vous dites cela, mais jamais dans une élection il n’y a eu autant de candidats jurant de « renverser la table » ? Et comment pouvez-vous tenir pour rien l’enthousiasme soulevé ces dernières semaines par la candidature de Jean-Luc Mélenchon ?

Jean-Luc Mélenchon n’est rien, ayant tout été, y compris lambertiste. Il n’est que la surface de projection d’une certaine impuissance de gauche face au cours du monde. Le phénomène Mélenchon relève d’un accès de crédulité désespéré. Nous avons les expériences de Syriza en Grèce ou d’Ada Colau à la mairie de Barcelone pour savoir que la « gauche radicale », une fois installée au pouvoir, ne peut rien. Il n’y a pas de révolution qui puisse être impulsée depuis le sommet de l’Etat. Moins encore dans cette époque, où les Etats sont submergés, que dans aucune autre avant nous.

Tous les espoirs placés en Mélenchon ont vocation à être déçus. Les gouvernements de « gauche radicale », qui prétendent s’appuyer sur des « mouvements populaires », finissent plutôt par en venir à bout, non à coups de répression, mais de dépression. La virulence même des mélenchonistes atteste suffisamment de leur besoin de se convaincre de ce qu’ils savent être un mensonge. On ne cherche tant à convertir que de ce à quoi l’on n’est pas sûr de croire. Et en effet, nul n’a jamais renversé un système en en respectant les procédures.

Au reste, les élections n’ont jamais eu pour fonction de permettre à chacun de s’exprimer politiquement, mais de renouveler l’adhésion de la population à l’appareil de gouvernement, de la faire consentir à sa propre dépossession. Elles ne sont plus désormais qu’un gigantesque mécanisme de procrastination. Elles nous évitent d’avoir à penser les moyens et les formes d’une révolution depuis ce que nous sommes, depuis là où nous sommes, depuis là où nous avons prise sur le monde.

S’ajoute à cela, comme à chaque présidentielle dans ce pays, une sorte de résurgence maladive du mythe national, d’autisme collectif qui se figure une France qui n’a jamais existé. Le plan national est devenu celui de l’impuissance et de la névrose. Notre puissance d’agir se situe en deçà et au-delà de cet échelon débordé de toute part.

Mais alors, que proposez-vous ? De laisser Marine Le Pen accéder au pouvoir ?

Il est patent que Marine Le Pen a une fonction précise au sein du système politique français : forcer par la menace qu’elle représente la participation à des procédures auxquelles plus personne ne croit, faire voter les uns et les autres « en se bouchant le nez », droitiser jusqu’à l’absurde les termes du débat public et figurer au sein du système politique une fausse sortie de celui-ci – alors même qu’elle en forme la clef de voûte.

Evidemment que la question n’est pas de sortir de l’euro, mais de sortir de l’économie, qui fait de nous des rats. Evidemment que le problème n’est pas l’envahissement par les « étrangers », mais de vivre dans une société où nous sommes étrangers les uns aux autres et à nous-mêmes. Evidemment que la question n’est pas de restaurer le plein-emploi, mais d’en finir avec la nécessité de faire tout, et surtout n’importe quoi, pour « gagner sa vie ». Evidemment qu’il ne s’agit pas de « faire de la politique autrement », mais de faire autre chose que de la politique – tant il est devenu évident que la politique n’est, à tous les niveaux, que le règne de la feinte et de la manigance.

Aucune révolution ne peut être plus folle que le temps que nous vivons – le temps de Trump et de Bachar, celui d’Uber et de l’Etat Islamique, de la chasse aux Pokémon et de l’extinction des abeilles. Se rendre ingouvernable n’est plus une lubie d’anarchiste, c’est devenu une nécessité vitale, dans la mesure où ceux qui nous gouvernent tiennent, de toute évidence, la barre d’un navire qui va au gouffre. Les observateurs les plus mesurés admettent que la politique se décompose, qualifient cette campagne d’« insaisissable » pour ne pas dire inexistante. Nous n’avons aucune raison de subir un rituel devenu si évidemment nocif. Nous sommes lassés de comprendre pourquoi tout va mal.

Vous pensez donc qu’il n’y a rien à attendre de ces élections ?

Si, bien sûr : leur débordement. Il y a un an, il a suffi de quelques youtubeurs et d’une poignée de lycéens pour lancer un intense conflit de plusieurs mois au motif de la loi travail. Ce qui s’est alors traduit par des affrontements de rue réguliers n’était que l’extrême discrédit de l’appareil politique, et par contrecoup le refus de se laisser gouverner.

Croyez-vous qu’au lendemain d’élections qui prennent cette fois dès le premier tour la forme du chantage à la démocratie, le dégoût de la politique sera moindre qu’alors ? Croyez-vous que chacun va sagement continuer de constater devant son écran la démence du spectacle de la politique ? Qu’il ne viendra à personne l’idée d’investir la rue de nos corps plutôt que les candidats de nos espoirs ? Croyez-vous que ces élections aient quelque chance d’apaiser l’inquiétude des âmes ? Il faut être naïf pour penser que la génération qui s’est formée politiquement dans le conflit du printemps dernier, et n’a pas cessé depuis lors de se former encore, va avaler cette supercherie parce qu’on leur propose désormais du bio à la cantine et une assemblée constituante.

Depuis plusieurs mois, il ne s’est pas passé deux semaines sans que des affrontements n’éclatent aux quatre coins du pays, pour Théo, contre la police ou tel ou tel meeting du FN. Evidemment, cela reste minoritaire et les élections, en tant que non-événement, vont bien avoir lieu. La question est donc la suivante : comment faire pour que le vide intersidéral qui éclatera au lendemain des élections, quel que soit le vainqueur, ne soit pas le seul fait des « jeunes », immédiatement réduits par un déploiement policier démesuré ?

Pour cela, il nous faut d’urgence réarmer nos perceptions et notre imagination politiques. Parvenir à déchiffrer cette époque et à déceler les possibles qu’elle contient, les chemins praticables. Et tenir qu’il n’y a pas eu de présidentielle, que tout ce cirque a assez duré, que ce monde doit être mis à l’arrêt au plus vite partout où nous sommes, sans attendre l’abîme. Cesser d’attendre, donc. Reprendre confiance en nous-mêmes. On pourra alors dire, comme Benjamin Fondane (1898-1944) : « Le monde est fini. Le voyage commence. »

tumblr-o9hhqlk6mb1vrof52o1-1280

 

Vient de paraître aux éditions La Fabrique :

Maintenant, Comité Invisible

couv-3063

 

Written by Gavroche

21 avril 2017 at 10 h 38 min

Publié dans Non classé

Tagged with