LES VREGENS

Archive for the ‘Télévision’ Category

A mes amis

with 9 comments

7_omniasuntcommunia10

Salauds de pauvres !

L’autre matin, une amie, une qui me ressemble, une que j’aime, m’a téléphoné. Je ronronnais tranquille devant mon écran à écrire une bafouille inintéressante, et son appel m’a littéralement réveillée. Moi qui croyais être tellement démotivée que rien ne pouvait plus m’atteindre, ben le truc, ça m’a même sacrément mis en rogne.

Elle a reçu récemment un papelard des « services sociaux » du coin, qui aurait reçu un « signalement » (l’autre mot pour « dénonciation ») concernant ses gosses, et qui donc, la convoque, elle et son mari, pour « lui prodiguer des conseils » (passque faut pas déconner, si on laisse les ploucs élever leurs enfants tous seuls, et pis quoi encore) et autres joyeusetés concernant leur éducation et tout ça.

M’a fait penser aux enfants volés chez les britiches, tiens. Simplement parce qu’ils étaient des gosses de pauvres.

A revoir en replay

Bientôt, les pauvres, là-bas, on les stérilisera, d’entrée. Et ça pourrait bien venir par chez nous, la preuve. Toujours ça d’allocs en moins à leur filer, aux « assistés ».

Alors, certes, mon amie est pauvre.

Elle bosse pourtant beaucoup (mais alors vraiment beaucoup, du genre de 7 heures du mat jusqu’au soir 23 h, voire davantage si nécessaire) et son mari aussi. Voilà pour la légende des « pauvres-qui-sont-tous-des-feignants-même-que-c’est-leur-faute ». Ils ont une ferme en bio dans le coin, ils s’occupent de leur terre, soignent leurs bêtes, payent des crédits de fous, vivent dans un mobil-home parce la priorité, c’est la ferme, pour la maison, ils verront plus tard, et ils ont deux petits.

Lire le reste de cette entrée »

Résister, toujours …

with 4 comments

La Révolution leur criait : – Volontaires,

Mourez pour délivrer tous les peuples vos frères !

– Contents, ils disaient oui.

– Allez, mes vieux soldats, mes généraux imberbes !

Et l’on voyait marcher ces va-nu-pieds superbes

Sur le monde ébloui !

Victor Hugo, Les soldats de l’an II

Ces derniers jours, j’ai regardé le début de la septième saison de Le village français.

C’est une série que j’ai suivie depuis le début, et que je trouve vraiment remarquable. Au-delà des querelles d’historiens, elle montre une réalité en demi-teinte de la France de cette époque.

unvillagefrancais

Ni « tous résistants », ni « tous collabos ».

Quelques individus, les purs, ceux qui dès 1940, s’engagèrent dans la résistance, et notamment les communistes, mais aussi quelques membres de l’Action Française, et peu après, quelques gaullistes. L’union sacrée face à l’occupant nazi.

De vrais collaborateurs, français, qui firent non seulement de juteuses affaires avec « les boches », mais plus encore, dénoncèrent, torturèrent, et envoyèrent à la mort des milliers de gens (juifs et opposants) sans le moindre remords.

Mais la série montre surtout une grande majorité de gens ballottés par les événements, qui essayaient seulement de survivre, de faire « le mieux possible », quitte à faire des « concessions » sur l’inacceptable et à fermer les yeux.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

7 novembre 2016 at 12 h 30 min

Regarder la télé, ça réveille !

leave a comment »

Regarder les jités devient une véritable épreuve, mais ça a une vertu : ça réveille !

Hier, sur la 3, outre les traditionnels marronniers, les vacances de la Toussaint pour les nuls, les chrysanthèmes, leur vie, leur histoire, le retour des horloges comtoises (cocorico, vive l’artisanat français) on a eu droit au faux suspense de l’élection américaine, comme si maman Hillary valait mieux que papa Trump…

Bref.

Florilège énervant, hier soir :

« Forcené » vs police « républicaine » et courageuse et formidable qu’on doit encourager à manifester, même à visage masqué (moi qui croyais que c’était interdit?), faut les comprendre, merde !

L’histoire : un père de famille bourré se dispute avec son voisin.

Cinq policiers arrivent, le gars brandit une machette, finalement la laisse tomber et pointe une arme (révélée factice par la suite) sur les policiers, lesquels, « qui se sentent tous en danger », tirent tous les cinq en même temps, dont un avec un fusil d’assaut.

On se demande bien comment il a fait pour pointer son pistolet d’alarme sur les cinq poulets autour de lui, mais passons. Un surdoué de la gâchette, sûrement. Un terroriste en puissance, qui sait.

Bilan : un mort, et bien entendu, c’est de « la légitime défense » . Il n’y a pas de témoins, c’est pratique. Et vu que le mort était un pauvre type, les cinq seront acquittés, ça ne fait pas un pli.

Moralité : ne soyez jamais bourré, ne vous énervez pas, en France, ça vaut la peine de mort.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

30 octobre 2016 at 10 h 29 min

La campagne du referendum, telle que les grecs l’ont vécue

with 9 comments

AUJOURD’HUI, MES PRIERES AUX DIEUX DE L’OLYMPE TIENNENT EN UN MOT : OXI

Lire le reste de cette entrée »

Paysans

with 4 comments

paysans

Péquenaud, pedzouille, cul-terreux, plouc, pécore, bouseux, Jacques-Bonhomme, croqueji, peloux, pacoulin, etc.

Dimanche 1er juin, France 2 a rediffusé (à 3 h 50 du matin) le documentaire de Jacques Cotta et Pascal Martin, Dans le secret des inspecteurs du travail assassinés, consacré au meurtre de deux inspecteurs du travail à Saussignac en Dordogne.

C’était il y a dix ans, le 2 septembre 2004, en Dordogne, les deux inspecteurs du travail sont abattus par un exploitant agricole. Sylvie Trémouille est tuée sur le coup, Daniel Buffière mourra quelques heures plus tard. Leur meurtrier est un ancien militaire, ancien patron d’assurance et chasseur. Il tentera sans succès de se suicider juste après le drame. C’est la première fois dans l’histoire sociale qu’un tel crime est commis contre des agents de contrôle. Ceux-ci, dont la mission est de protéger les salariés et de faire respecter le droit du travail, selon les lois de la République, sont toujours désarmés lorsqu’ils sont en service. Un silence incompréhensible va accompagner ce double meurtre, considéré comme un simple fait divers par le gouvernement et par les médias.

C’est Gérard Filoche, alors encore en activité, qui s’était démené pour évoquer clairement ce drame, et ne pas en faire seulement un banal fait divers, dû à un « coup de folie » de l’agriculteur assassin.

Seuls Daniel Schneidermann et Acrimed en avaient parlé à l’époque.

Ce documentaire avait été diffusé sur France 2, un an après les faits.

J’ai cherché des photos de Sylvie Trémouille et de Daniel Buffière, sans résultat. Leur nom est oublié, leur visage aussi.

Alors, je vis moi-même en campagne, et les paysans du coin ne sont pas très différents de ceux que l’on voit dans le reportage.

Du coup, regarder ce documentaire m’a franchement fichu la trouille. En voici quelques extraits.

On y voit d’abord une inspectrice, seule, se présenter face à un « responsable de groupe » de travailleurs saisonniers, qui lui répond simplement « Je n’ai rien à dire. C’est tout ». Suivi par la caméra, il s’en va, le visage fermé.

Lire le reste de cette entrée »

Femme de la rue, « terrible recul de la liberté des femmes »…

with 2 comments

Vous n’avez pas pu y échapper, parce que tout le monde en a parlé.

Le 26 juillet dernier, la presque journaliste belge (elle est en dernière année d’école de journalisme) Sofie Peeters présentait, dans son documentaire « Femme de la rue », sa « découverte » : dès qu’elle sortait dans la rue, de gros machos pas futés lui faisaient des propositions inconvenantes, la draguaient de façon lourdingue, voire l’insultaient, surtout si elle avait eu l’idée saugrenue de se ballader en mini-jupe…

Et ça n’a pas raté : le doc a été projeté partout, sur le web, bien sûr, mais aussi à la télé, on en a parlé dans les jités, etc.

Son film aurait, paraît-il, « brisé un tabou » …

Dans ce doc, on entend une femme déclarer « qu’il y a trente ans, elle pouvait se promener tranquillement. »

Ah bon ? Que je sache, il y a trente ans, moi, je faisais gaffe aussi, et j’évitais de me ballader toute seule la nuit… Et il m’est arrivé, comme à nous toutes, de me sentir franchement pas rassurée… Bref, le tabou, ça fait longtemps qu’il dure…

Et tout le monde de geindre sur le « terrible recul des libertés des femmes ». Oubliant que pour nous, les plus grands risques d’agression se trouvent dans l’espace privé… et que c’est pépère qui nous tape le plus souvent sur la gueule… Et nous tue, aussi, parfois.

Lien

Et dans ce doc, devinez qui sont les méchants-machos-vilains-violeurs potentiels ? Même si Sofie Peeters dit le contraire, et précise que dans le quartier où elle s’est promenée avec sa caméra cachée, la population est avant tout pauvre et ghettoïsée, le résultat, c’est qu’on lit et on entend à peu près partout que dans 95% des cas, les remarques désagréables seraient le fait de Maghrébins.

Et évidemment, nos politiques se sont emparés du sujet… condamnant « fermement » les insultes et « harcèlements de rue » subis par nous, les femmes.

Nous, les femmes, premières à être sacrifiées sur l’autel de l’austérité. Nous qui sommes plus nombreuses à aller nous faire voir chez Pôle Emploi.

Nous qui partirons à la retraite plus tard, et avec 40 % de pognon en moins que nos collègues masculins…

Nous, les femmes, dont le salaire est toujours inférieur de 20 % à celui des hommes.

Sans que cela fasse même hausser un sourcil fatigué à nos z’élus.

Eh bien oui, le brillant travail de la jeune Sofie Peters a soudainement réveillé politiques et médias endormis : on se soucie plus volontiers du sort d’une « femme blanche », égarée dans un quartier pourrave de Belgique, où règnent en maître, comme dans tous les quartiers pourraves en Europe, le chômage, le décrochage scolaire et la discrimination. Surtout quand les coupables sont des «maghrébins à 95% », à l’évidence « pas intégrés», « frustrés », et qui sait, p’têt bien des intégristes.

Quant aux femmes qui habitent ces mêmes quartiers pourraves, rien, pas un mot dans le doc de Sofie Peeters : 60 % des femmes y sont au chômage, humiliées, méprisées, discriminées pour la couleur de leur peau ou leur foulard, cherchant en vain à trouver un boulot, à mettre leurs gosses dans une bonne école, ou tout simplement à obtenir ce qu’on appelle sans rire les « droits fondamentaux ».

Et sinon, voilà le reportage de la journaliste Linda Mondry (en réponse au reportage « Femme de la rue » de Sofie Peeters)

Femme de la rue ou le reportage qu’on mérite

Written by Gavroche

8 août 2012 at 18 h 47 min

Audrey Pulvar, Claude Allègre…

with 34 comments

Putaing… Après « la première rombière » qui-reste-à-Paris-Match-tout-en-ayant-un- cabinet-à-l’Élysée, vlatipa que Mâme Pulvar est nommée patronne des Inrocks, vindiou, ça décoiffe…

Faut dire que la dame, une « féministe » il paraît, a surtout les dents qui rayent le parquet.

Elle est la caution colorée (un peu comme Christiane Taubira, dont on espère qu’elle leur claquera bientôt la porte à la gueule) d’un prétendu gouvernement de gauche.

La nana qui aime vraiment les gens. Qui aime vachement Philippe Poutou, ce loser. Par exemple.

La nana de gauche, quoi, un peu comme Onfray tout pour passer à la télé, même dans une émission pourrave, faut bien vivre…

Les Inrocks, donc, un journal « de gauche » qui appartient au « banquier de gauche » (ben ouais, apparemment, ça existe) Mathieu Pigasse.

Mathieu Pigasse, pote d’Alain Minc, autre homme de gauche… euh.. enfin, non, peut-être… Vu qu’il dit (maintenant) qu’Hollande est plus z’intelligent que Nabot 1er… c’est qu’y doit être de « gôche ». On sait jamais, des fois qu’il resterait une ch’tite place…

Mathieu Pigasse, c’est le pote de Sainte Ségolène du Poitou, de Strauss-Kahn, de Fabius. C’est beau l’amitié.

Et l’amour. Et le fric. Et le pouvoir.

Le changement, c’est maintenant. Hahahahahahahahaha… Mais non c’est pas un rire nerveux et désabusé…

Et sinon, l’aut’ soir, je regardais le jité. C’était pas Pujadas ni Delahousse, mais une espèce de type âchement propre sur lui – que si j’avais une fille et qu’elle me ramenait un mec comme ça, je la renierais aussi sec – qui présentait un sujet sur les gaz de schiste.

Ah ben tiens, on en revient à l’ami Arnaud (le copain à l’Audrey), qui paraît-il va « regarder » le dossier. Juste « regarder », hein, qu’on se rassure. Alors dans ce reportage, bien sur, on voyait les gentils z’écolos qui manifestaient, aqueu leurs pancartes (on les a pas interrogé, ces petits rigolos) … mais le journaliste racontait, que, bon sang de bonsouère, aux Zétazunis, « ça » avait créé 600 000 emplois, le truc. 600 000 emplois, ça le ferait, non, pour le ministre du « redressement productif », non ?

Bon, y z’ont pas parlé de Gasland, passque tout le monde sait que quand même, c’est exagéré, et que finalement, allumer sa clope au robinet de l’évier, c’est vachement marrant.

Non, à la place, y z’ont interviouvé Claude Allègre, le scientifique de service, çui qui raconte partout que le réchauffement climatique, c’est du pipeau, çui qui raconte partout qu’il n’y pas eu de catastrophe nucléaire à Fukushima … Ben le gaz de schiste aussi. D’après lui, faut pas que Hollande ait peur du gaz de schiste, et nous nous plus. La preuve…

Bon allez, vive le gaz de schiste, mort à l’eau !

Je crois que je vais jeter ma télé.