LES VREGENS

Archive for the ‘Ecologie’ Category

Billet philosophico-foutraque de ma mauvaise humeur

with 8 comments

Je discutais l’autre jour, autour d’un café, avec un jeune gars que j’aime bien. Il est chauffeur-livreur, travaille de plus en plus, commence à souffrir du dos, à trente ans, à force de soulever des colis. Et tout ça pour un peu plus que le SMIC, vu le nombre d’heures qu’il se tape. Il vient d’acheter une vieille maison, à crédit évidemment, qu’il retape peu à peu, le soir et le week-end. Il est marié, et il a deux enfants. Et il ne s’arrête jamais.

Quand il est passé, la discussion a porté sur les pigeons de son voisin agriculteur, qui viennent nicher sur son toit (sa maison est la plus haute du coin) et bien entendu, font leurs fientes sur son velux tout neuf, et sur les tuiles qu’il vient de démousser.  J’ai bien essayé de lui dire qu’il y avait peut-être des solutions pour les effaroucher, mais la seule qu’il envisage, c’est d’acheter un fusil …

Et l’autre jour, c’est notre « préposée » qui racontait combien les chasseurs étaient utiles, parce que « vous comprenez, les sangliers font beaucoup trop de dégâts »… et qui râlait après l’énorme chien qu’elle s’est offert, mais qu’il était mignon quand il était petit, sauf que désormais, à trois mois, il mange comme quatre (c’est cher, hein) et vu qu’il y est enfermé toute la journée (ben oui, elle bosse), fait ses besoins partout dans la maison et fait du dégât… sur un carrelage blanc, évidemment.

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Written by Gavroche

19 novembre 2017 at 10 h 15 min

Où atterrir ?

with 5 comments

D’aucuns me reprochent quelquefois le ton de mes billets ici. Il faut bien le dire, souvent ni très marrants, ni très optimistes sur l’avenir du monde, de la planète, et par extension, de l’humanité.

Alors, j’ai lu ce matin le dernier billet de Fabrice Nicolino sur son blog, et je constate qu’il pense comme moi. Comme moi, c’est la « tempête sous un crâne », et depuis un bon moment.

L’heure est grave, nous dit-il, et comme pour le reste, nos « représentants » (et leurs larbins dans la presse avec) s’en tamponnent grave.

Lire le reste de cette entrée »

L’histoire des « maisons fantômes » d’EDF

leave a comment »

J’ai lu hier une niouze que les parisiens ignorent (du moins, j’imagine qu’on en a pas parlé au « niveau national ») mais qui pourtant concerne tout le monde  : une histoire d’argent public, et de sa gestion calamiteuse par nos chers (au sens propre) « représentants ». Parce que ça se passe partout en France.

L’histoire commence en Gironde, et concerne tout un tas de petites communes, proches de la centrale du Blayais.

Lire le reste de cette entrée »

Ecologie de pacotille

with one comment

Je ne sais pas si vous avez vu passer tout ça, cette semaine :

– alors qu’y paraîtrait que « la transition écologique est en marche avec Macron », c’est Edouard Philippe qui l’a annoncé très officiellement …

… genre, quelques millions pour obliger les pauvres à (essayer de) changer de bagnole (et les bénéfices qui vont avec pour les constructeurs, évidemment), avec un SMIC ou un RSA, pas de doute, ça va « marcher »…

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

28 septembre 2017 at 15 h 11 min

Chasseurs, je vous hais

with 10 comments

Depuis un peu plus d’un an, je voyais trois chevreuils traverser mon jardin. Une femelle, et sans doute ses deux petits, qui ont grandi mais sont restés avec elle. Je les regardais jouer, et se courir après, et même venir très près de la maison, pour … manger les feuilles de mes rosiers.

Un vrai bonheur. Quand je les voyais au petit matin par la fenêtre de la cuisine, c’est simple, j’en avais pour la journée à être tout simplement heureuse.

Et voilà, depuis une semaine, j’entends au loin les hurlements des meutes. Et même, dans un « safari parc » tout proche (si, si, ça existe, je me fendrai d’un billet un de ces quatre, parce que ça vaut son pesant de cacahuètes), le son du cor au fond des bois : les bas du front jouent aux aristos.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

18 septembre 2017 at 8 h 31 min

Quelle fin absurde

with 4 comments

Tout va bien, je vais bien. Rubrique écologie, et toute cette sorte de choses, dont tout le monde ou presque s’en fout. C’qui compte, c’est le pouvoir. Le pouvoir d’achat.

Perso, ce que j’ai constaté à mon humble niveau de campagnarde :

– les abeilles ont presque disparu

– les grenouilles et autres batraciens aussi, une seule salamandre qui se cachait cet hiver dans le boîtier du compteur d’eau… Les autres sont mortes sur les routes.

– beaucoup moins de chevreuils qu’avant

– plus du tout de renards

– plus du tout de belettes, ni de blaireaux

– plus de sangliers

– moins d’espèces d’oiseaux

– je ne vois plus de hérissons, plus beaucoup d’écureuils…

– plus de lapins et encore moins de lièvres

– un faisan, l’autre jour, au bord de la route, tellement imprégné qu’on pouvait le nourrir à la main

Et on continue à massacrer tout ça, les bouquetins, les loups, les ours, les requins, les baleines. Les quelques uns qui restent.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

12 juillet 2017 at 9 h 12 min

La mondialisation heureuse

with 2 comments

L’autre matin, je râlais après les bambous que le précédent propriétaire de notre maison a très imprudemment planté. Il constitue désormais un impressionnant buisson, de trois mètres de haut, qui sert de refuge aux oiseaux, mais aussi aux batraciens qui peuplent le coin, grenouilles de toute sorte, crapauds : un vrai bonheur de voir à la nuit tombée Madame Crapaud, énorme, trimballer M. Crapaud, tout petit, sur son dos.

La preuve…

Des fois, y’a de la concurrence

En ce moment, on a droit tous les soirs à un vrai concert en direct de la mare et de ses alentours.

C’est la joie chez les grenouilles.

Chez les chats aussi, ces salopards, qui jouent avec, même si je hurle quand j’en prend un sur le fait.

Alors, il existe aujourd’hui des variétés de bambous qui ne rhizoment pas, mais mon prédécesseur devait l’ignorer.

Je passe donc mon temps à (essayer) d’empêcher ce satané bambou de se répandre partout, en coupant les rejets, en passant la débroussailleuse, et bientôt, en creusant une tranchée de 70 cm de profondeur quand même, tout autour de ce …. ! de bambou.

Comment limiter les ardeurs d’un bambou envahissant : la galère !

Et hier matin, très occupée à mon boulot d’arrachage de bambous, que vois-je, au ras du sol, horreur : un serpent coupé en tranches ? les tentacules rouges tâchées de noir d’une pieuvre ?

Lire le reste de cette entrée »

Written by Gavroche

16 juin 2017 at 9 h 40 min

Publié dans Ecologie