LES VREGENS

La couleur de l’argent

with 4 comments

le fric, c'est chic

Une longue suite d’« affaires », voilà à quoi ressemble la « politique » en France.

Sarkozy (enfin) mis en examen (on a enfin trouvé un juge qui s’en charge, il faut dire que Naboléon n’est plus protégé par son immunité), mais qui garde toute son arrogance de nanti, genre Woerth qui disait : « est-ce que j’ai l’air de quelqu’un de malhonnête ? ». Sarkozy, lui, c’est : « est-ce que j’ai l’air capable de piquer les sous d’une vieille dame sénile ? »

« Est-ce que j’ai l’air de … » Voilà leurs « arguments »…

Ben oui, mon vieux, t’en as l’air. Pis la chanson, aussi.

J’avais lu récemment, un billet d’un certain Aphatie Jean-Mimi, qui écrivait (sans rire) :

Personne n’est coupable à priori. Nul n’est tenu de prouver son innocence. Les passions conduisent beaucoup d’entre nous à inverser les facteurs. Se rendent-ils compte que la démocratie, un trésor fragile, repose toute entière sur ces maigres piliers ? Un citoyen ne peut être tenu pour coupable parce qu’il a été, cinq ans dans sa vie, un président de la République énervant. Un ministre du budget ne peut pas être condamné uniquement parce qu’il a mal tenu en laisse une arrogance naturelle renforcée par le paiement de l’ISF.

La France d’aujourd’hui laisse trop libre court à des sentiments que l’on pourrait nommer jalousie, dépit, frustration, bouquet malsain des temps de ces temps de crise qui diminuent les espoirs de progression sociale et de vie meilleure. Il est possible d’expliquer et de comprendre la montée de ces sentiments, dont il faut bien constater qu’ils sont en train d’envahir la scène publique. Mais les laisser prospérer revient à paver le chemin de boue sur lequel piétinent pour l’instant ceux qui tiennent la démocratie pour une faiblesse et les libertés individuelles pour une malédiction.

Les français sont vraiment des bœufs, des jaloux, des frustrés, qui réfléchissent avec leurs tripes, et pas avec leur tête, donc. Et c’est eux, et non les Sarko-Cahuzac et consorts, les malhonnêtes, les profiteurs, les voleurs, les voyous, les bien casés de droite ou de « gauche », qui seraient un danger pour la démocratie… Moi, quand je lis ça, j’ai juste envie d’envoyer le Jean-Mimi un peu casser des cailloux, voyez, et payé avec un demi-smic, voyez…

Doncques, Naboléon était juste « un président énervant ». Seulement ça. L’art de la litote façon Jean-Mimi. Heureusement que nos bons médiacrates (çui là est pas barbichu, contrairement à l’autre, çui de l’Obs, dont je viens de découvrir que son vrai nom est Laurent (André Marie Paul) Mouchard, c’est sûr que ça le fait beaucoup moins que Joffrin, bon, moi, ça m’a fait rire)

Cahuzac, lui, a fini par « avouer », et par « demander pardon », ce qui, au passage, est assez rare pour être souligné … Aucun des « autres » ne l’a jamais fait. Demander « pardon », un peu comme si on était chez les curetons, ou aux Z’États-Unis. « Faute avouée est à moitié pardonnée », tout ça…

Le plus drôle (si l’on peut dire) c’est l’avalanche de remarques indignées de la part de tous les autres, les ceusses qui n’ont pas le nez beaucoup plus propre, si on cherche bien.

Par exemple, celle de Madame DSK, laquelle a déclaré qu’elle en avait un peu ras la casquette « des mises en examen bi-hebdomadaires des hommes politiques, qui ne font plaisir qu’à l’extrême droite »

Où ce sont les méchants juges qui sont responsables de la « montée de l’extrême droite »

Bref, de la part de tous ceux qui mettent gentiment (« normalement », je dirais) en place un système où le chacun pour soi est roi, et où le plus con, c’est de se faire prendre la main dans le pot de confiture.  Le Cahuzac, qui disait récemment avec morgue que « la lutte des classes », il n’y croyait pas. Sauf que c’est la sienne, de classe, qui est en train de la gagner, cette guerre.  Parce que merde à la fin, vous avez 600 000 euros planqués en Suisse, ou à Singapour, vous ? Moi non, et je les aurais jamais. Et je ne voudrais pas les avoir gagnés de cette manière dégueulasse.

Mais Cahuzac est « socialiste », il fait (toujours) membre du parti d’en rire, du parti des bobards servi aux naïfs qui croient que l’ennemi de Grolandréou, c’est la finance. Quelque part, il a des « circonstances atténuantes », hein. Il n’est pas le seul. Parce que l’actuel pantin de l’Élysée l’a bien dit, lors de son passage à la télé (il a fait strictement comme Jospin, sur ce coup, vous vous rappelez, le bon gars qui devait « sauver les ouvriers »de Renault Vilvoorde) : il n’est pas « de gauche », et il n’est pas « socialiste ». Hollande, c’est un menteur et un faux-jeton. C’est aussi un voyou, qui vend son peuple aux banquiers. Alors, ils sont bien gentils, tous ces indignés, tous les ceusses « qui ne savaient pas », un peu comme ils ne « savaient pas » que ce bon DSK avait la bite en folie…

Quand on pense que la propre mère d’une de ses victimes a cherché à le protéger, il y a vraiment de quoi se la mordre, comme on dit. Cette brave dame a purement et simplement vendu sa fille pour préserver sa saloperie de carrière, mais elle aussi elle est « fauxcialiste »…

Du grain à moudre :

– Pour rire un peu (genre grinçant) :

La prédication de Jean-Michel Aphatie

– Pis si vous avez envie d’aller taper sur une vilaine gueule bouffie de suffisance, c’est là :

Lien

– Où l’on découvre que non seulement le Cahuzac encaissait le pognon des labos (vous savez, les ceusses qui nous jurent la main sur le portefeuille sur le cœur que promis, juré, les cosmétiques, médicaments et pesticides c’est pas dangereux pour le populo), non seulement il avait des parts dans une mine au Pérou (c’est lucratif de faire travailler les bougnoules, hein) mais était copain comme cochon avec les gentils garçons du GUD… Comme quoi, la « couleur » politique n’a pas de sens, ce qui compte, c’est la couleur de l’argent.

Le Monde 4 mars 2013 : les liens de Cahuzac avec le GUD

C’est un proche de tata LaPen qui a ouvert le compte en Suisse de tonton Cahuzac

Me fait penser à ce dont je vous parlais récemment dans mon billet sur l’anniversaire de la Commune :

Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Évitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale

25 mars 1871, à la veille des élections.

Comment s’étonner après que les petits délinquants aient remplacé le bon vieux cran d’arrêt d’antan par une kalachnikov, quand on sait que le but du jeu, c’est « de ramasser un max », « de ne pas se faire prendre », et qu’on est prêt à tuer pour ça ? L’exemple vient d’en haut.

Qu’ils s’en aillent tous … ou plutôt, qu’on les vire !

Publicités

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Tu te proposes de payer Apathie pour casser des cailloux, même avec seulement un demi-smic, alors je te le dis franchement : on n’est plus potes du tout du tout. Subvenir à ses besoins essentiels, c’est humain, lui donner de l’argent pour quelque raison que ce soit, c’est criminel. Partant de là, autant donner le Prix Nobel à BHL pour avoir sauvé je sais plus quel pays de je sais plus trop quoi (mais je sais qu’il y marchait de manière volontariste au soleil couchant ou quelque chose, j’ai vu les photos).

    Je suis déçu.

    gemp

    5 avril 2013 at 23 h 18 min

  2. faut dire ce qui est, ce XXIème siècle s’annonce bien glauque, peccamineux, calamiteux et débile.

    zozefine

    6 avril 2013 at 9 h 56 min

  3. Apathie, Apathie… patati patata… faites gaffe, à force de le traiter d’apathique, le Aphatie à la vue basque va finir par porter plainte en déformation, culotté comme il est, le super-informateur.

    😉

    Juléjim

    6 avril 2013 at 17 h 12 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :